Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Irak

    Un attentat fait plus de 50 morts à Bagdad

    17 février 2017 |Agence France-Presse, Ahmad Mousa - Agence France-Presse | Actualités internationales
    Une photo prise avec un téléphone mobile montre des véhicules brûlés sur les lieux d'une explosion causée par une voiture piégée. Des dizaines de personnes ont été tuées dans un marché de voitures d'occasion dans le sud de Bagdad.
    Photo: Ahmad Mousa Agence France-Presse Une photo prise avec un téléphone mobile montre des véhicules brûlés sur les lieux d'une explosion causée par une voiture piégée. Des dizaines de personnes ont été tuées dans un marché de voitures d'occasion dans le sud de Bagdad.

    Un attentat à la voiture piégée a dévasté jeudi un secteur de Bagdad, tuant au moins 52 personnes et blessant des dizaines d’autres dans l’attaque la plus meurtrière à frapper la capitale irakienne depuis sept mois.

     

    Cet attentat, le troisième à Bagdad en autant de jours, a été revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI), cible d’une offensive des forces irakiennes qui cherchent depuis la mi-octobre à le chasser de Mossoul, son dernier grand fief en Irak. Le premier ministre Haider al-Abadi a convoqué une réunion d’urgence des chefs de la Sécurité.

     

    La puissante explosion s’est produite en milieu d’après-midi dans une zone de concessions automobiles à Bayaa, un secteur du sud de la capitale. Des dizaines de voitures ont été détruites par le feu. Des responsables de la sécurité étaient sur place tandis que des civils bouleversés étaient à la recherche de proches.

     

    Les équipes de secours peinaient à faire leur travail tant l’explosion avait été puissante, selon un responsable du ministère de l’Intérieur.

     

    Le lieu de l’attaque est un terrain vague utilisé pour un marché de voitures d’occasion où des centaines de personnes attendent toute la journée de pouvoir vendre leurs voitures et discutent du prix avec des acheteurs potentiels.

     

    Le groupe EI a revendiqué l’attaque en affirmant avoir visé « un rassemblement de chiites », dans un communiqué diffusé par son agence de propagande, Amaq.

     

    Un attentat à la voiture piégée avait fait mardi quatre morts dans le même quartier.

     

    Et mercredi, le groupe EI avait déjà revendiqué un attentat suicide dans le quartier à majorité chiite de Habibiya, dans le nord de Bagdad. Un kamikaze y avait fait exploser sa voiture piégée, tuant 11 personnes. L’attentat de jeudi est le plus meurtrier à Bagdad depuis une attaque au camion piégé revendiquée par le groupe EI dans le quartier de Karrada qui avait coûté la vie à 320 personnes en juillet 2016.

     

    Depuis le lancement, le 17 octobre, de l’offensive des forces irakiennes pour reconquérir Mossoul (nord), Bagdad fait face ainsi à une recrudescence d’attentats du groupe EI.

     

    Soutenues par la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis, les forces irakiennes ont repris le mois dernier la partie orientale de Mossoul après une résistance farouche des combattants du groupe EI.

     

    Elles se préparent maintenant à lancer l’offensive pour reconquérir la partie occidentale, de l’autre côté du fleuve Tigre, plus densément peuplée.

     

    Outre la lutte contre le groupe EI, qui s’était emparé en juin 2014 de vastes pans du territoire irakien, le pouvoir irakien est englué dans une crise politique.

     

    Il fait face depuis 2015 à un mouvement de contestation qui réclame une amélioration des services publics, des réformes politiques et accuse la classe politique de corruption ainsi que de népotisme.

    Le groupe EI frappe aussi au Pakistan Karachi — Un attentat suicide revendiqué par le groupe État Islamique a fait au moins 70 morts jeudi soir dans un sanctuaire soufi du sud du Pakistan, choquant le pays après une série d’autres attaques en début de semaine. La déflagration s’est produite dans la ville de Sehwan, à environ 200 km au nord-est de la mégalopole portuaire du Sud, Karachi. L’attentat a été commis par un kamikaze qui s’est introduit dans un sanctuaire dédié au saint soufi Lal Shahbaz Qalandar, qui a vécu au XIIIe siècle. Le site était bondé en ce jeudi soir, considéré comme un jour sacré pour la prière par cette communauté. Le soufisme est une branche mystique de l’islam considérée comme hérétique par certains groupes islamistes radicaux. Le Pakistan a subi cette semaine une série d’attaques suicides revendiquées par les talibans pakistanais.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.