Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    L'année qui vient s'annonce ardue pour Cuba

    31 décembre 2016 | Carlos Batista - Agence France-Presse à La Havane | Actualités internationales
    Sur l’île communiste, l’ère Castro touche à sa fin: Fidel, le père de la révolution cubaine, est décédé en novembre à 90 ans, et son frère Raúl a déjà prévenu qu’il quitterait le pouvoir en 2018.
    Photo: Ronaldo Schemidt Agence France-Presse Sur l’île communiste, l’ère Castro touche à sa fin: Fidel, le père de la révolution cubaine, est décédé en novembre à 90 ans, et son frère Raúl a déjà prévenu qu’il quitterait le pouvoir en 2018.

    Pour 2017, sa dernière année au pouvoir à Cuba, Raúl Castro aurait pu rêver mieux : l’économie de l’île est au ralenti, son grand allié le Venezuela reste plongé dans la crise et Donald Trump entre à la Maison-Blanche.

     

    Selon les chiffres officiels dévoilés cette semaine, en 2016, le PIB cubain a reculé de 0,9 %, passant dans le rouge pour la première fois en 23 ans et marquant un brutal coup d’arrêt après la croissance de 4,4 % en 2015.

     

    Cela « nous situe dans un scénario impossible à inverser à court terme » et qui s’accompagnera de « fortes restrictions », a prévenu le ministre de l’Économie, Ricardo Cabrisas.

     

    Sur l’île communiste, l’ère Castro touche à sa fin : Fidel, le père de la révolution cubaine, est décédé en novembre à 90 ans, et son frère Raúl a déjà prévenu qu’il quitterait le pouvoir en 2018, sans donner d’indices sur son possible successeur. « La dernière année de présidence de Raúl Castro sera l’une des plus difficiles en termes de politique économique depuis son arrivée » aux manettes en 2006, estime l’économiste cubain Pavel Vidal, de l’université Javeriana en Colombie.

     

    Dans un contexte de faible croissance mondiale, Cuba a ses propres démons à affronter : le paiement d’une dette extérieure renégociée, l’incertitude politique au Venezuela — principal partenaire économique —, la chute des prix et de la production du sucre et du nickel — produits phares — et la lenteur des réformes pour promouvoir l’entreprise privée et l’investissement étranger.

     

    « À cette équation complexe s’ajoutent les incertitudes quant à la politique que suivra l’administration Trump » à son arrivée à la Maison-Blanche le 20 janvier, souligne M. Vidal. Car le président désigné républicain pourrait freiner, voire rétrocéder le rapprochement historique entrepris fin 2014 entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide.

     

    De telles décisions auraient des conséquences non seulement diplomatiques, mais aussi économiques en termes d’opportunités au-delà du tourisme, activité principale de Cuba.

     

    Roulette russe

     

    Le gouvernement cubain, lui, entrevoit la reprise dès 2017, prédisant une croissance de 2 % en se fondant sur l’espoir que « la situation de l’économie vénézuélienne s’améliore après les dernières hausses du prix du baril de pétrole », selon le ministre de l’Économie.

     

    En 2016, le Venezuela, plongé dans une profonde crise liée à la chute des cours du pétrole, sa principale richesse, a réduit de 40 % son approvisionnement en brut à Cuba, qui atteignait auparavant les 100 000 barils par jour.

     

    En conséquence, Cuba a dû restreindre sa consommation d’énergie et souffre de recevoir moins de ressources pour ses services médicaux.

     

    Mais beaucoup d’analystes jugent peu probable que les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le Venezuela, respectent l’accord de réduction de la production, destiné à relever les cours.

     

    « Je doute que cela devienne réalité », déclare à l’AFP Jorge Piñon, expert pétrolier cubain de l’université américaine d’Austin au Texas, car les ventes de brut représentent 70 % des revenus des membres de l’OPEP.

     

    Pour lui, lier la reprise de l’économie cubaine à la hausse du pétrole vénézuélien, c’est comme « jouer à la roulette russe ».

     

    Cuba mise aussi sur de plus grandes entrées de capitaux étrangers. Mais la bureaucratie a d’ores et déjà empêché d’atteindre l’objectif annuel de 2,5 milliards de dollars.

     

    Même Raúl Castro a exprimé sa frustration. « Nous ne sommes pas satisfaits dans ce domaine », a-t-il déclaré mardi, appelant à accélérer les procédures mais mettant en garde : « nous n’allons pas et nous n’irons pas vers le capitalisme, c’est totalement exclu ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.