Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Idées

    Le français, langue de la diplomatie?

    La clarté et la précision de la langue française devraient lui préserver sa place

    24 août 2016 | Raoul Delcorde - Ambassadeur de Belgique à Ottawa, coordonnateur du Groupe des ambassadeurs francophones à Ottawa. L’auteur s’exprime à titre personnel. | Actualités internationales
    Le leader de l'autorité palestinienne, Yasser Arafat, et le sixième secrétaire général de l'ONU, Boutros Boutros-Ghali, en janvier 1996
    Photo: Diether Endlicher Associated Press Le leader de l'autorité palestinienne, Yasser Arafat, et le sixième secrétaire général de l'ONU, Boutros Boutros-Ghali, en janvier 1996

    Dans quelques semaines, l’Assemblée générale de l’ONU bruissera de discours prononcés, notamment en français, qui demeure la langue officielle ou co-officielle d’une trentaine d’États souverains. Plus que d’autres langues, le français a été un instrument dans l’organisation des relations internationales. Le français, dit-on, est la langue de la diplomatie. Cela tient au fait qu’il se substitua au latin, à partir du XVIIIe siècle, pour la rédaction des traités internationaux. Historiquement, le premier traité international rédigé exclusivement en français est le traité de Rastatt (1714), qui marque la fin de la guerre de Succession d’Espagne. Il ne faut pas y voir le résultat d’une prédominance politique de la France à cette époque, mais bien la reconnaissance du rayonnement culturel de la langue française.

     

    On parle le français dans la plupart des cours d’Europe, aux XVIIIe et XIXe siècles. C’est en français que se déroulèrent les négociations du Congrès de Vienne. Metternich expliqua qu’il fallait une lingua franca pour la diplomatie et que le français jouait bien ce rôle. Évidemment, la diplomatie française mit en avant la clarté de cette langue, et même le très renommé diplomate britannique Harold Nicholson fit en 1939 l’éloge du caractère logique et de la « précision géométrique » (ce sont ses termes) de la langue française. Plus étonnant peut-être : le français est au XIXe siècle la langue de travail des diplomates ottomans.

     

    Même la pratique diplomatique est influencée par le français : on relève que certains termes propres au langage diplomatique ont été transposés tels quels en anglais : chargé d’affaires ou encore agrément (il n’existe pas d’équivalent en anglais).

     

    Le déclin du français comme langue diplomatique date de la Conférence de Paris, en 1919. Il fut décidé, lors de cette Conférence, d’adopter l’anglais à côté du français comme langue de travail et le traité de Versailles fut rédigé dans les deux langues (mais en cas de divergence, seul le français faisait foi). Cela s’expliquait par la présence de pays non européens à la table des négociations, d’autant que le président américain, Woodrow Wilson, ne parlait pas du tout le français. Jusque dans les années 1960, le français occupait encore une place importante dans les négociations diplomatiques. Ce n’est plus le cas. Il est bien souvent détrôné par l’anglais. Certes, il reste l’une des langues de travail de la Commission européenne et une des langues officielles à l’ONU. Il est l’une des deux langues officielles de la Cour internationale de justice. Il est la langue de travail de la Cour de justice de l’Union européenne. Mais il perd du terrain. Pourtant, sa précision en fait une langue convenant bien à la négociation internationale. Qu’on se souvienne de l’ambiguïté célèbre de la résolution 242 de l’ONU sur le Moyen-Orient : en anglais, on y mentionnait les « occupied territories » ; s’agissait-il des territoires occupés par Israël (et qu’il devait évacuer en totalité) ou de territoires occupés, ce qui n’aurait porté que sur certains d’entre eux ? L’imprécision de l’anglais ouvrait la porte à toutes les interprétations.

     

    Dans la même veine, Yasser Arafat utilisa le mot « caduque » (soufflé par Roland Dumas, à l’époque où il fut ministre des Affaires étrangères) lors d’une interview à Paris en mai 1989 pour expliquer que la disposition figurant dans la Charte de l’OLP au sujet de la destruction d’Israël était dépassée. Le mot « caduque » n’existe pas en arabe et Arafat préféra recourir au terme français (qu’il prononça « cadouque »).

     

    Naguère, tout diplomate européen parlait le français. Aujourd’hui, son recul est peut-être lié au nombre décroissant de dirigeants internationaux francophones : il y eut Boutros Boutros-Ghali à l’ONU et Jacques Delors à la Commission européenne, mais de nos jours, les dirigeants parlant spontanément le français sont rares. On peut quand même citer Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et Christine Lagarde, directrice générale du FMI. N’oublions pas, toutefois, qu’en matière de diffusion sur les cinq continents, le français arrive en seconde position après l’anglais. Et, comme l’a souligné Jacques Attali, « l’avenir du français sera en Afrique ». La vitalité politique et économique de l’Afrique francophone est sans doute un vecteur puissant de la préservation de la langue française comme grande langue diplomatique aujourd’hui et demain. Et la clarté et la précision de la langue française devraient lui préserver sa place dans les grandes organisations internationales.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.