Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Irlande

    Un oui indispensable

    C'est à l’aune du respect des autres — et des différences, nommément sexuelles — que nos sociétés mesurent le progrès social. En disant oui au mariage entre conjoints de même sexe, la très catholique société irlandaise a franchi un pas indispensable dans la reconnaissance légale du droit à l’égalité dans toutes ses dimensions, n’en déplaise aux 38 % d’Irlandais que cette proposition vexait.

     

    Passons sur le fait que le progrès s’appuie ici sur la très conservatrice institution du mariage. Ce qui est intéressant dans le cas irlandais, c’est que le oui n’a pas été qu’un phénomène urbain. Ce que ce choix vient ensuite reconfirmer, c’est à quel point l’indépendance des tribunaux et la persévérance des mouvements citoyens sont des facteurs essentiels de changement. De ceci à cela, c’est une avocate nommée Mary Robinson qui, en 1988, fit désavouer en Cour européenne la loi irlandaise qui criminalisait l’homosexualité. Devenue deux ans plus tard la première femme présidente de l’Irlande, Mme Robinson signa en 1993 une loi de décriminalisation.

     

    Derrière le PIB qui vient de se remettre à croître, le saccage social qu’a subi l’Irlande pendant la Grande Récession est encore bien visible. Il reste que son ouverture à l’économie mondiale a sorti à grande vitesse les Irlandais de leur insularité culturelle — insularité dans laquelle l’Église les tenait depuis toujours. « Révolution tranquille » inachevée, au demeurant, pour ce qui concerne l’égalité sexuelle, puisque l’avortement demeure par ailleurs illégal en Irlande. Le caractère rétrograde des politiques en matière d’avortement est mis en évidence par le oui progressiste au mariage gai.

     

    La nouvelle loi sur le mariage entre conjoints de même sexe devrait entrer en vigueur en juillet (l’union civile leur est déjà permise depuis 2010). C’est du reste vers la même époque qu’aux États-Unis, la Cour suprême doit, de son côté, rendre jugement sur la reconnaissance constitutionnelle du mariage gai. Une décision très attendue — qui pourrait, là encore, marquer l’histoire.

     

    En mars dernier, l’Indiana a soulevé une énorme polémique en adoptant une loi « sur la liberté de religion », une loi sournoisement anti-homosexuelle. Devant le tollé, son gouverneur républicain avait dû reculer. Le débat a montré que si la droite américaine demeure très bruyante, son moralisme est battu en brèche. Une série de récents sondages Gallup sont venus le souligner, indiquant que l’idée du mariage gai avait l’assentiment de 60 % des Américains — alors qu’ils n’étaient que 22 % il y a 20 ans. Signe que la société américaine a l’esprit de plus en plus ouvert.

     

    Ne reste plus qu’à attendre de la Cour suprême qu’elle dise oui à son tour.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.