Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Groupe EI

    Nouvelles destructions captées par vidéo

    13 avril 2015 | Sinan Salaheddin - Associated Press à Bagdad | Actualités internationales

    Les combattants du groupe armé État islamique (EI) auraient détruit à coup de marteau et de hache et fait exploser une partie du site archéologique de la ville assyrienne de Nimrud, dans le nord de l’Irak, qui date du XIIIe siècle avant notre ère.

     

    Une vidéo de sept minutes publiée en ligne montre les extrémistes démolir des artefacts assyriens — dont les statues d’anciens rois et de divinités — et faire tomber des murs à l’aide de bouteurs.

     

    Sur les images, des djihadistes détruisent bas-reliefs et statues. Puis ils amassent des barils remplis de poudre dans une pièce dont les murs faits de plaques de gypse sont magnifiquement sculptés de représentations des divinités assyriennes.

     

    Enfin, une énorme explosion emporte le site dans un nuage de poussière et de poudre. Selon les images, non datées, Nimrud, située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mossoul (nord), le long des rives du Tigre, a été complètement rasée.

     

    La destruction de la cité avait été rapportée il y a plus d’un mois, et l’UNESCO avait dénoncé un « crime de guerre », mais on ignorait jusqu’alors l’étendue des dégâts.

     

    Idolâtrie

     

    Sur la vidéo, l’un des combattants prévient qu’ils élimineraient tous les signes « d’idolâtrie » qui ne sont pas liés à Allah.

     

    Un ministre irakien qui a parlé sous le couvert de l’anonymat a confirmé que toutes les ruines sur le site étaient authentiques.

     

    Le groupe armé EI s’en est déjà pris à d’autres villes antiques des territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak. Ces attaques ont horrifié les archéologues et le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) Ban Ki-moon. Plusieurs objets ont été détruits, mais les autorités croient que d’autres pourraient avoir été vendus sur le marché noir.

     

    L’an dernier, les militants ont détruit deux lieux saints de Mossoul, la Mosquée du Prophète Yunus (ou Jonas) et la Mosquée du Prophète Jirjis.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.