Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Obama et Castro

    Rencontre historique au Sommet

    Les leaders américain et cubain renouent après six décennies

    11 avril 2015 09h30 | Alexandre Grosbois - Agence France-Presse à Panama | Actualités internationales

    Les présidents américain Barack Obama et cubain Raul Castro se retrouvent samedi à Panama pour des entretiens décisifs, quelques heures après avoir scellé le rapprochement entre leurs deux pays par une poignée de main historique en marge du Sommet des Amériques. 

    Selon la Maison-Blanche, les deux dirigeants doivent avoir une conversation en marge des réunions des 35 chefs d'État. Il s'agira du premier échange entre présidents des deux pays depuis 1956, soit cinq ans avant la rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba.

    Vendredi, le sommet s'était ouvert sur cette poignée de main symbolique alors que les  deux hommes, sourire aux lèvres, échangeaient quelques mots devant les caméras.

    Les deux dirigeanbts s'étaient déjà serré la main une fois en 2013, lors de l'hommage funèbre à Nelson Mandela.

    Le très attendu face à face de samedi doit sceller le réchauffement annoncé au terme de 18 mois de tractations menées dans le plus grand secret, qui ont permis de tourner la page de plus d'un demi-siècle de conflit.

    « Nous sommes en terre inconnue ici [...] Il s'agit de changer fondamentalement la manière dont les États-Unis considèrent Cuba, son gouvernement, sa population, sa société civile », a résumé Ben Rhodes, l'un des conseillers d'Obama.

    Au menu des discussions figurera certainement la reprise des relations diplomatiques, qui tardent à se concrétiser malgré trois séries de discussions de haut niveau à La Havane et Washington. 

    Le principal obstacle à la réouverture d'ambassades réside pour l'instant dans la présence de Cuba sur la liste américaine des États soutenant le terrorisme, qui coupe Cuba d'une partie de l'aide internationale.

    La Maison-Blanche a indiqué que M. Obama n'était « pas encore au stade » de prendre une décision sur ce point, mais n'a pas toutefois pas écarté « une annonce » au Panama. 

    « Le retrait potentiel [de Cuba] de la liste illustrera le passage de la relation USA-Cuba sur un plan plus pragmatique [...] C'est un pas significatif [...] mais le processus global sera toujours limité par l’embargo américain », souligne Diego Moya-Ocampos, analyste de l'institut américain d'étude risque IHS.

    Décrété en février 1962 et sévèrement renforcé par la loi Helms-Burton de 1996, l'embargo total sur les transactions économiques et financières avec Cuba est régulièrement dénoncé par La Havane comme un obstacle au développement de l'île, avec des dommages totaux estimés à 116 milliards de dollars. 

    Depuis l'annonce historique du rapprochement avec Cuba, Barack Obama a demandé au Congrès, contrôlé par les républicains, de travailler à la levée de l'embargo, car lui seul peut le faire. Mais les deux chambres sont pour l'instant très partagées sur la question.

    En attendant, M. Obama a assoupli l'embargo, dans la limite de ses prérogatives présidentielles, mais cela est jugé « insuffisant » par La Havane.

    Dans le vif du sujet
     

    Samedi, les chefs d'État doivent avoir plusieurs réunions de travail en session plénière plus à huis clos avant la clôture officielle prévue en fin d'après-midi.

    Le Sommet, officiellement consacré à la « prospérité dans l'égalité », devrait se terminer sans déclaration finale, les États-Unis refusant d'y voir mentionné un soutien au Venezuela dans sa dispute avec Washington.

    Depuis plusieurs semaines, M. Obama est la cible des critiques de pays latino-américains outrés par sa récente décision de signer un décret qualifiant le Venezuela, principal partenaire économique de Cuba, de « menace » pour la sécurité intérieure des États-Unis.

    « Ce serait une bonne chose si Obama, qui représente un pays si important en Amérique et dans le monde, faisait des propositions nous permettant de nous unir et de nous convertir en une Amérique de paix », a dit  vendredi le président socialiste bolivien Evo Morales sur la chaîne Telesur.

    Les onze chefs d'État de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba), qui compte les principaux alliés du Venezuela, doivent se réunir en marge du sommet pour décider des actions à mener en ce sens, a indiqué M. Morales

    Dans un souci d'apaisement, la Maison Blanche a expliqué qu'elle cherchait à établir « un dialogue direct avec le Venezuela » tandis que M. Obama assurait vendredi que le temps des « ingérences » américaines sur le continent était révolu.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.