Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Bain de sang au Kenya

    Des islamistes shebab ont fait au moins 147 morts dans une université

    Jeudi matin, des secouristes venaient en aide à une femme ayant été blessée dans l’attaque.
    Photo: Carl de Souza Agence France-Presse Jeudi matin, des secouristes venaient en aide à une femme ayant été blessée dans l’attaque.

    Garissa — Au moins 147 personnes, essentiellement des étudiants, ont été tuées jeudi à l’université kenyane de Garissa (est) prise d’assaut durant 16 heures par des islamistes somaliens shebab, l’attaque la plus meurtrière au Kenya depuis celle contre l’ambassade américaine en 1998 (213 morts).

     

    « Le siège est terminé » à Garissa, localité située à 150 km de la frontière somalienne, a annoncé le ministère kényan de l’Intérieur dans la soirée.

     

    Selon les autorités kenyanes, 815 étudiants étaient inscrits à l’Université de Garissa, dont plusieurs centaines hébergés dans la résidence universitaire d’un campus comprenant une vingtaine de bâtiments.

     

    Le Centre national kenyan de gestion des catastrophes (NDOC) a parallèlement « confirmé la mort de 147 personnes », le ministère de l’Intérieur faisant en outre état de 79 blessés, dont neuf dans un état critique.

     

    Le ministre de l’Intérieur, Joseph Nkaissery, a affirmé dans la soirée que « les quatre assaillants […] ont tous été tués par les membres des forces de sécurité qui les ont abattus. Les terroristes portaient des explosifs qui ont détonné » lorsqu’ils ont été touchés.

     

    Explosion

     

    M. Nkaissery n’a pas reparlé d’un des assaillants présumés dont il avait auparavant annoncé l’arrestation. Son ministère de l’Intérieur a par ailleurs fait état de « 587 étudiants évacués » du campus, sans préciser si ces étudiants figuraient parmi les otages que les shebab disaient détenir ou s’il s’agissait d’étudiants cachés durant l’attaque.

     

    Selon une source sécuritaire occidentale, plusieurs membres des forces de sécurité et otages pourraient avoir été tués lorsque les quatre assaillants ont en fait déclenché eux-mêmes leurs ceintures d’explosifs à l’approche des colonnes d’assaut progressant dans le bâtiment.

     

    Cette même source n’a pas exclu que le bilan puisse encore augmenter. Ce bilan est déjà le plus lourd depuis l’attentat au camion piégé perpétré contre l’ambassade américaine à Nairobi en 1998, revendiqué par la nébuleuse al-Qaïda, à laquelle les shebab sont affiliés.

     

    Les étudiants évacués vont passer la nuit dans une caserne en attendant d’être rapatriés chez eux vendredi, selon le ministre de l’Intérieur.

     

    Vers 5 h 30 jeudi matin, le commando islamiste a abattu deux gardes à l’entrée de l’université, puis ouvert le feu au hasard sur le campus, avant de pénétrer dans la résidence universitaire.

     

    Un porte-parole shebab, Cheikh Ali Mohamud Rage, contacté par l’AFP, avait revendiqué l’attaque dans la journée, assurant que le commando avait laissé partir les musulmans et gardé les autres étudiants en otage.

     

    Réveil brutal

     

    « Nous dormions quand nous avons entendu une forte explosion suivie de tirs, tout le monde a commencé à fuir », a raconté Japhet Mwala, un étudiant qui a réussi à s’enfuir du campus, mais « certains n’ont pu quitter les bâtiments, vers lesquels les assaillants se dirigeaient en tirant. J’ai de la chance d’être en vie ».

     

    Des rumeurs d’attaques contre l’université avaient circulé dans la semaine, selon des étudiants. « Personne n’a pris ça au sérieux car ce n’était pas la première fois », a expliqué l’un d’eux, Nicholas Mutuku, tandis que Katherine, étudiante, disait « avoir pensé à un poisson d’avril ».

     

    Un couvre-feu a été imposé jeudi soir jusqu’au 16 avril dans les trois comtés longeant la frontière somalienne, plus un quatrième limitrophe de celui de Garissa.

     

    L’attaque — « odieuse » et « lâche » selon Washington, « barbare » et « insensée » pour Londres — a été largement condamnée. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a réclamé jeudi soir que « les responsables de cette attaque soient traduits devant la justice ».













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.