Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Des attentats à la voiture piégée font 64 morts à Bagdad

    Bagdad — Une série d'attaques à la voiture piégée visant des cafés et des marchés dans la capitale irakienne, Bagdad, ont fait 64 morts samedi lors des célébrations de la fin du mois du Ramadan, ont annoncé des responsables.

    La violence est en hausse à travers le pays depuis une intervention meurtrière des forces gouvernementales contre un camp de protestataires sunnites, en avril, et les attaques contre des civils et les forces de sécurité ont fortement augmenté pendant le Ramadan. Cette multiplication des attentats fait craindre le retour d'importantes violences confessionnelles, similaires à celles qui ont mené le pays au bord de la guerre civile en 2006 et 2007.

    Selon la police, la plus meurtrière des attaques de samedi a eu lieu lorsqu'une voiture piégée conduite par un kamikaze a explosé dans une zone résidentielle de la ville de Tuz Khormato, tuant huit personnes et en blessant plusieurs dizaines d'autres. Cette ville est située à environ 200 kilomètres au nord de la capitale.

    Les autorités ont également indiqué qu'une autre voiture piégée a sauté près d'un marché extérieur dans la banlieue de Jisr Diyala (sud-est) peu avant le coucher du soleil, tuant sept personnes et en blessant 20 autres.

    Toujours selon les autorités, une série d'attentats à la voiture piégée contre des cafés, marchés et restaurants de zones chiites de Bagdad ont tué plus de 20 personnes supplémentaires et blessé des dizaines d'individus. La police a précisé que toutes ces attaques ont eu lieu en moins d'une heure.

    Plus tôt dans la journée, quatre personnes, dont deux enfants, sont morts dans l'explosion d'une bombe près d'un parc tout juste au sud de Bagdad. 

    Le bilan des victimes a été confirmé par des responsables médicaux.

    Les forces de sécurité irakiennes ont multiplié les patrouilles et les points de contrôle pour protéger la population lors des célébrations de l'Eid al-Fitr qui marque la fin du Ramadan. Les violences survenues cette année pendant le mois saint ont été les pires depuis 2007, avec 671 personnes tuées.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel