Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Menaces d'attentats - Plusieurs pays ferment leurs ambassades dans le monde arabe

    La menace d'une attaque terroriste a mené à la fermeture, cette fin de semaine, de 25 ambassades et consulats américains dans le monde arabe, dont l'Algérie, l'Arabie Saoudite et le Yémen, ainsi qu'à la diffusion d'une mise en garde mondiale pour les Américains. Dix-neuf de ces représentations diplomatiques demeureront par ailleurs fermées jusqu'au samedi 10 août par mesure de sécurité, affirme le Département d'État des États-Unis.

    La porte-parole du Département d'État, Jen Psaki, soutient que la décision de maintenir les ambassades et consulats fermés ne découle pas de la découverte d'une nouvelle menace. Elle a déclaré que la prolongation des fermetures se veut une démonstration de l'engagement du gouvernement américain de faire preuve de prudence et de prendre les mesures appropriées pour protéger les employés, incluant les employés locaux, et les visiteurs.

    Les postes diplomatiques demeureront fermés entre autres en Égypte, en Jordanie, en Libye, en Arabie saoudite et au Koweït jusqu'au samedi 10 août. L'annonce faite dimanche inclut également la fermeture de postes diplomatiques dans quatre autres nations africaines, soit le Madagascar, le Burundi, le Rwanda et la République de Maurice. Les États-Unis ont par ailleurs décidé de rouvrir quelques bureaux lundi, notamment à Kaboul et à Bagdad.

    L'administration de Barack Obama a annoncé vendredi que les postes seraient fermés pour le week-end et le Département d'État a lancé un avertissement international aux voyageurs. L'avertissement indique que la nébuleuse terroriste al-Qaïda ou ses alliés pourraient frapper le gouvernement américain ou des intérêts privés des États-Unis.

    D'autres pays sur le qui-vive

    D'autres pays ont imité les États-Unis: le Canada a fermé son haut-commissariat au Bangladesh dimanche, mais celui-ci devrait être rouvert lundi. Les ambassades de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne et de la France au Yémen ont elles aussi été fermées.

    Selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Canada, la mission de Dhaka sera fermée pour des raisons de sécurité. «Nous prenons la sécurité de notre personnel et de nos missions diplomatiques à l'étranger très au sérieux», a déclaré l'attaché de presse Rick Roth. «Nous continuerons de surveiller les événements de près et de prendre les mesures de sécurité appropriées.»

    Vendredi, le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird avait pourtant annoncé qu'Ottawa n'envisageait pas de fermer des bâtiments diplomatiques dans la région. Il avait toutefois pressé les diplomatiques et voyageurs canadiens de faire preuve d'encore plus de prudence, avant d'ajouter que ses responsables surveilleraient la situation pendant la fin de semaine.

    Une «menace sérieuse»

    Il s'agit de la première alerte semblable depuis une annonce effectuée avant le 10e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Elle résulte de l'interception de la menace terroriste la plus sérieuse depuis des années, a affirmé Saxby Chambliss, un sénateur républicain siégeant au sein de la Commission sur le renseignement du Sénat.

    En entrevue à l'émission Meet the Press sur le réseau NBC, dimanche, M. Chambliss a précisé qu'il s'agissait de conversations de planification entre terroristes, «très semblables à ce que nous avons vu avant les attaques du 11 septembre». «Il s'agit de la menace la plus sérieuse que j'ai vue depuis des années», a-t-il ajouté.

    Le représentant démocrate C.A. Dutch Ruppersberger, qui siège sur le Comité du renseignement de la Chambre des représentants, a pour sa part affirmé à l'émission This Week sur le réseau ABC que la menace interceptée de «hauts responsables d'al-Qaïda dans la péninsule arabique» portait sur une «attaque majeure».

    La menace interceptée indiquait des dates, mais aucun endroit spécifique où pourraient se produire les possibles attaques, selon le représentant Peter King, qui dirige le sous-comité de la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants.

    Obama informé

    Le conseiller sur le contre-terrorisme du président Barack Obama a informé ce dernier sur la menace potentielle d'al-Qaïda avant que le chef d'État ne quitte pour un parcours de golf au Maryland pour entamer la célébration de son 52e anniversaire, cette fin de semaine, ont indiqué des responsables.

    Une réunion au sommet a d'ailleurs eu lieu samedi à la Maison Blanche, après que le président Barack Obama ait «ordonné à son équipe chargée de la sécurité nationale de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les Américains à la lumière d’une menace potentielle pouvant exister ou émaner de la Péninsule arabique».

    L'an dernier, une attaque lancée le 11 septembre contre le consulat américain à Benghazi, en Libye, avait fait quatre morts parmi le personnel américain, dont l'ambassadeur.

    L'avertissement indique que la nébuleuse terroriste al-Qaïda ou ses alliés pourraient frapper les intérêts du gouvernement américain ou des intérêts privés des États-Unis. L'alerte prendra fin le 31 août.

    Le New York Times a rapporté vendredi soir que des responsables américains avaient dit avoir intercepté des communications électroniques entre de hauts responsables d'al-Qaïda. Selon le département d'État, la menace potentielle est particulièrement importante au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, alors qu'une attaque pourrait provenir de la péninsule arabique ou y être commise.

    Des responsables américains ont spécifiquement mis en cause le Yémen, qui abrite le sous-groupe d'al-Qaïda le plus dangereux, et le groupe blâmé pour plusieurs tentatives d'attaques terroristes aux États-Unis.

    Interpol, de son côté, a émis samedi une alerte sécuritaire globale en lien avec l'implication présumée d'al-Qaïda dans plusieurs récentes évasions de prison, y compris celles en Irak, en Libye et au Pakistan.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.