Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Mali - Les islamistes commettent un premier attentat suicide

    9 février 2013 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Actualités internationales
    Paris — Évitement des combats, mines et désormais attentat suicide : les islamistes armés au Mali, sonnés par la violence des frappes françaises, déploient lentement l’éventail des méthodes de guérilla qui ont fait le succès des insurrections en Tchétchénie, en Irak ou en Afghanistan.

    Pour l’heure, les combattants islamistes au Mali sont loin d’atteindre l’efficacité des insurgés sunnites, rebelles tchétchènes ou des talibans afghans, et n’empêchent pas les opérations militaires de l’armée malienne et des troupes françaises qui progressent vers le nord.


    Le bilan est en effet maigre : quatre civils et deux soldats maliens tués dans les explosions de mines et un soldat malien seulement blessé dans un attentat suicide.


    Mais c’est la rapidité avec laquelle ces techniques de guérilla ont été annoncées et utilisées qui suscite l’inquiétude. Les pays où des groupes armés ont eu recours aux bombes artisanales et aux attentats suicide ont en effet souvent été plongés au bord de la guerre civile et les populations, premières victimes des violences, y accusaient les troupes étrangères d’être responsables de la situation.


    Le tout premier attentat suicide de l’histoire du Mali a été perpétré vendredi à Gao, une ville du nord récemment reprise aux groupes armés.


    Un touareg, muni d’une ceinture d’explosifs, est arrivé à moto devant un groupe de soldats maliens, avant d’actionner sa bombe. L’homme est mort sur le coup, l’explosion blessant légèrement un soldat. Il transportait sur sa moto un obus qui n’a pas explosé.


    Son action a été revendiquée par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), l’un des groupes armés qui occupait depuis des mois le Nord du Mali, y multipliant les exactions. La veille, le Mujao avait déjà promis « des attaques de convois », de poser des mines et « d’organiser des kamikazes ».

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel