Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Malala veut poursuivre sa lutte pour le droit des filles à l'éducation

    Londres — La jeune Pakistanaise ayant frôlé la mort après avoir été la cible des talibans a déclaré lundi qu'elle comptait continuer à militer pour le droit des filles à l'éducation.

    Dans une vidéo publiée par une firme de relations publiques, Malala Yousufzai a affirmé que son état s'améliorait de jour en jour. L'adolescente, qui s'exprime clairement en dépit d'une certaine rigidité du côté gauche de son visage, a été traitée pendant plusieurs semaines dans un hôpital britannique.

    La jeune fille de 15 ans a ajouté qu'elle voulait servir les gens, s'assurer que filles et garçons puissent aller à l'école, et que c'était pour cette raison qu'elle avait mis sur pied un fonds qui porte son nom.

    Malala avait fait les manchettes partout à travers le monde après que des talibans eurent ouvert le feu sur elle le 9 octobre alors qu'elle retournait à la maison à la fin des classes dans le nord-ouest du Pakistan, la blessant gravement à la tête.

    Le groupe islamiste avait dit l'avoir prise pour cible parce qu'elle faisait la promotion de l'éducation des filles et de la «manière de penser occidentale», et qu'elle l'avait critiqué à son arrivée au pouvoir dans la région où elle vivait.

    L'incident a provoqué un tollé au Pakistan et dans plusieurs autres pays. L'histoire de l'adolescente a aussi attiré l'attention sur la lutte pour les droits des femmes en sol pakistanais.

    «Aujourd'hui, vous pouvez voir que je suis vivante. Je peux parler, je peux vous voir, je peux voir tout le monde», a indiqué Malala dans la vidéo. «Et ça, c'est grâce aux prières des gens. Parce que tous les gens, les hommes, les femmes, les enfants, ont prié pour moi. À cause de toutes ces prières, Dieu m'a donné cette nouvelle vie, une seconde vie.»



    La jeune fille a été transportée par avion jusqu'en Grande-Bretagne en octobre afin de recevoir des soins spécialisés et d'être mise à l'abri d'une éventuelle attaque. Elle devrait rester en sol britannique pendant quelque temps puisque son père a obtenu un emploi au consulat pakistanais de Birmingham, ville où elle a été soignée.

    Le Fonds Malala est une oeuvre de bienfaisance pour l'éducation des filles qui a été créée à la fin de 2012. Il a reçu un don de 10 millions $ de la part du gouvernement pakistanais.

    Par Sylvia Hui

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel