Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Seif al-Islam, un des fils de Kadhafi, comparaît en cour

    Tripoli — Seif al-Islam, fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi, a comparu jeudi devant la cour pénale de Zenten (sud) pour avoir tenté de communiquer illégalement avec l’extérieur en juin, sa première comparution devant une juridiction libyenne, a indiqué le parquet à l’AFP.


    « La première audience du procès de Seif al-Islam Kadhafi […] s’est tenue ce jeudi », a indiqué le porte-parole du bureau du procureur général Taha Baraa, précisant que le prévenu est poursuivi pour « complicité dans l’échange d’informations et l’obtention de documents de nature à porter atteinte à la sécurité nationale ». L’audience était fermée à la presse à l’exception de la télévision d’Etat al-Watania qui a diffusé des images de la séance pendant son bulletin d’information de 15 h (13 h GMT).


    Seif 39 ans, la barbe poivre-sel est apparu debout en bonne mine dans une tenue bleue derrière une grille placée dans la salle du tribunal, selon les images sans son diffusées par la chaîne.


    Ce premier procès devant une cour libyenne est un signal fort de Tripoli, qui dispute à la Cour pénale internationale (CPI) le droit de juger le seul fils de l’ancien dirigeant à être détenu en Libye.


    Il est accusé d’avoir tenté d’échanger des informations lors de la visite d’une délégation de la CPI le 7 juin 2012 à Zenten (180 km au sud de Tripoli) où il est détenu.


    L’équipe venue rencontrer Seif al-Islam à Zenten afin de préparer sa défense devant la CPI avait été incarcérée le 7 juin, et retenue près d’un mois par Tripoli qui les accuse d’avoir porté atteinte à la « sécurité nationale libyenne ».


    Stylo-caméra


    L’Australienne Melinda Taylor, qui travaille à la défense de Seif al-Islam, avait été accusée d’avoir apporté un stylo-caméra pendant sa visite et tenté de transmettre à Seif al-Islam une lettre codée de son ancien bras droit, Mohammed Ismaïl, l’un des hommes les plus recherchés par la justice libyenne.


    Selon le porte-parole du procureur, « le procès a été ajourné au 2 mai 2013 » « par souci d’informer l’équipe de la CPI qui a été libérée, pour lui permettre d’être présente » et pour « désigner un avocat à Seif al-Islam dans cette affaire. »


    Seif al-Islam est détenu à Zenten depuis son arrestation en novembre 2011 par une brigade d’anciens combattants rebelles originaires de cette localité.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel