Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Pakistan - Le fils Bhutto se lance en politique active

    Cinq ans après le meurtre de sa mère, Bilawal Bhutto lance sa campagne

    Bilawal Zardari-Bhutto
    Photo : Agence France-Presse (photo) Max Nash Bilawal Zardari-Bhutto
    Le seul fils de Benazir Bhutto, Bilawal, a lancé jeudi sa carrière politique devant des centaines de milliers de partisans réunis pour le cinquième anniversaire du meurtre de sa mère, une opposante comme lui au fondamentalisme qui mine le Pakistan.

    Benazir Bhutto, première ministre à deux reprises (1988 à 1990, 1993 à 1996), avait été assassinée le 27 décembre 2007 après un meeting à Rawalpindi, ville jumelle de la capitale Islamabad, peu après son retour d’exil et à la veille d’élections.


    Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans le village de Garhi Khuda Bux, lieu du mausolée Bhutto, pour rendre hommage à la dernière d’une lignée de « martyrs » de cette riche famille de propriétaires terriens.


    « Bhutto est une émotion, un amour… Benazir est vivante dans nos coeurs et elle le restera pour toujours. Mais pourquoi le sang de ceux qui aiment la démocratie est-il versé », a lancé à la foule Bilawal Bhutto-Zardari, accusant le pouvoir judiciaire de ne pas avoir jugé les assassins de sa mère.


    « Lorsqu’il n’y a pas de justice, les forces comme les talibans imposent leur loi », a-t-il déploré, reprenant le célèbre slogan de son grand-père Zulfikar, fondateur du Parti du peuple du Pakistan : « Roti ! Kapra ! Makan ! (Du pain, des vêtements, un toit).


    Cinq ans après la mort de Benazir, le PPP était impatient de présenter une troisième génération de Bhutto, de surcroît à l’approche d’élections nationales prévues ce printemps.


    « Il a acquis suffisamment de sagesse et de sagacité pour prendre la responsabilité du parti », a déclaré le premier ministre, Raja Pervez Ashraf. « Il a terminé ses études et il est maintenant temps pour lui de commencer sa formation en politique », a déclaré son père, le président Asif Ali Zardari.


    Bilawal Zardari-Bhutto, diplômé d’Oxford, avait succédé il y a cinq ans à sa mère à la chefferie du PPP formation aujourd’hui à la tête de la coalition au pouvoir, mais ce titre n’était qu’honorifique.


    Miné par des allégations de corruption, le PPP pourrait mordre la poussière lors des élections nationales prévues au printemps à en croire les résultats de récentes élections partielles. Or le président Zardari ne peut diriger son parti lors de ces élections, car la constitution pakistanaise exige du chef de l’État une neutralité en la matière.


    Le PPP joue donc la nouvelle « carte Bhutto » pour espérer remporter la mise, selon des observateurs. « Bilawal a une valeur symbolique dans la famille Bhutto et Zardari veut profiter de cette symbolique » pour les élections, souligne Hasan Askari, spécialiste de la politique pakistanaise.


    Bilawal, 24 ans, l’aîné des enfants de Benazir Bhutto et Asif Ali Zardari qui ont aussi eu deux filles, ne peut briguer un siège de député si les élections ont lieu au printemps, car l’âge minimal d’un candidat est fixé à 25 ans. Il pourrait toutefois rallier la base traditionnelle de la formation, tenter d’incarner un changement de l’intérieur, en étant mis à l’avant-plan lors de ce scrutin clé pour la consolidation de la démocratie dans ce pays qui a vu trois gouvernements civils être renversés par des coups d’État depuis sa création en 1947.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel