Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Libre opinion - Au fait… nous sommes toujours en guerre

    27 décembre 2012 |Francis Dupuis-Déri - Auteur de L’armée canadienne n’est pas l’Armée du salut (Lux, 2010) et de L’éthique du vampire : de la guerre en Afghanistan et quelques horreurs du temps présent (Lux, 2007). | Actualités internationales
    La fin d’année arrive enfin, après la grève étudiante et la brutalité policière, l’élection du Parti québécois, la corruption généralisée et les massacres en Syrie et à Gaza. Tant d’activité nous a sans doute fait oublier que nous sommes toujours en guerre. Il est vrai que « nos » soldats en Afghanistan se limitent maintenant à la formation de l’armée et de la police du président Hamid Karzaï. Mais la guerre civile s’y poursuit, et le Canada y participe encore et toujours, à sa manière.

    Or il y a longtemps que « nos » politiciens ne nous vantent plus les mérites de cette guerre : éradiquer le terrorisme, instaurer la démocratie, émanciper les femmes, ouvrir des écoles. Même à l’occasion du 11 novembre dernier, soit la Journée du souvenir, le premier ministre, Stephen Harper, et le gouverneur général, David Johnson, n’ont pas évoqué l’Afghanistan. Peter MacKay, ministre de la Défense, lui, y a pensé. Rien d’étonnant, puisqu’il était alors en Afghanistan pour y visiter ses troupes et déguster avec elles un barbecue. Il a déclaré que la « mission canadienne évoque l’engagement, le professionnalisme et le dévouement des militaires qui veillent à maintenir la paix dans le monde ».


    Au-delà de cette rare déclaration officielle, il est possible de mieux s’informer sur la situation en Afghanistan en consultant l’« Avis aux visiteurs », mis à jour le 13 décembre dernier par le gouvernement canadien. Voilà qui est bien utile pour les Canadiennes et Canadiens qui, comme Peter MacKay, voudraient voyager dans ce pays que « nos » soldats ont libéré de la tyrannie des talibans. Malheureusement, la section Avertissements indique qu’« Affaires étrangères et Commerce international Canada recommande [sic] d’éviter tout voyage en Afghanistan. Les Canadiens qui entreprennent des voyages malgré le présent avertissement courent de grands risques ». La « paix » maintenue par « nos » soldats est donc bien curieuse. Essayons d’en savoir plus en consultant la section Sécurité.

     

    Éradiqué, le terrorisme ?


    On y apprend que le « terrorisme présente une menace constante partout en Afghanistan […], y compris [pour] les Canadiens. Le nombre d’attentats a augmenté au cours des derniers mois. […] Aucun endroit n’est exempt de risque. […] Les attentats suicides à la bombe, les roquettes, les engins explosifs improvisés, les assauts armés et les embuscades comptent parmi les tactiques utilisées lors de ces attaques. » Bref, l’éradication du terrorisme n’a pas été un grand succès…


    Les nostalgiques de la grève étudiante apprécieront de savoir qu’il « y a parfois des manifestations et des troubles civils un peu partout en Afghanistan. Certaines manifestations ont déjà tourné à la violence, faisant des morts et des blessés. Ces manifestations sont généralement liées à des enjeux politiques et socio-économiques ». La démocratie que nous avons si généreusement exportée en Afghanistan n’a donc pas atténué la colère et la peine que provoque la pauvreté. D’ailleurs, le site canadien rappelle que l’accès à l’électricité est limité et que les « pénuries de nourriture et d’eau sont fréquentes » dans ce pays qui est encore l’un des plus pauvres de la planète.


    On lira ensuite qu’il y a un risque élevé d’enlèvement, qu’il faut se méfier des faux points de contrôle tenus par des bandes qui attaquent les voyageurs, que des « chefs de guerre contrôlent de nombreuses régions », qu’il y a des « millions de mines terrestres enfouies » un peu partout. Pas très pratique pour aller à l’école…


    Devant un si sombre portrait, on se demande ce que le contingent de plus de 100 000 soldats de la coalition d’une cinquantaine de pays a réalisé de si enthousiasmant dans ce pays lointain. L’Occident aurait-il gaspillé en vain des milliards de dollars, mais aussi des milliers de vies et une décennie de l’histoire d’un pays qui ne nous a jamais attaqués ?

     

    La démocratie et l’État de droit


    Toujours à la recherche de bonnes nouvelles au sujet de ce pays où « nos » soldats maintiennent la paix, j’ai consulté la section Lois et coutumes. Dans la sous-section Activités illégales ou réglementées, on apprend que « l’homosexualité est illégale tout comme le sont les relations extraconjugales » et que « de telles activités seront sévèrement punies ». Il est vrai qu’avec une armée canadienne à la main du gouvernement conservateur de Stephen Harper, il ne fallait pas entretenir trop d’espoir à ce sujet. Il est aussi précisé que les « démonstrations d’affection en public sont considérées comme une infraction ». Aucune information spécifiquement adressée aux femmes n’est disponible, sinon un encouragement à consulter la brochure Voyager au féminin : la sécurité avant tout.


    Puisque la France socialiste du président François Hollande participe comme le Canada à cette coalition militaire qui a « libéré » l’Afghanistan, j’ai cherché des informations complémentaires auprès du ministère français des Affaires étrangères. Plus courtois envers les femmes, il leur fournit des informations spécifiques, précisant qu’elles doivent « porter un foulard ». Tiens donc ! Alors que le port de la burqa est maintenant interdit en France même, son armée appuie le gouvernement d’un pays où les femmes doivent se voiler. Pour l’émancipation des Afghanes, on aurait espéré un peu mieux. Or cela n’est sans doute pas si grave pour ces Afghanes, en comparaison avec les pénuries d’eau et de nourriture, et les risques de marcher sur une mine ou de mourir dans un attentat ou un bombardement.


    Enfin, puisque la France se préoccupe de la bonne vie, il est précisé que la « consommation d’alcool est illégale même si certains restaurants pour Occidentaux en vendent ». Le ministre MacKay a donc peut-être pu boire de la bière pendant son barbecue afghan, même s’il contrevenait en cela aux lois du pays. Ce ne sera pas sa seule infraction. L’Afghanistan interdit l’entrée sur son territoire à quiconque a un visa israélien tamponné dans son passeport. Le ministre MacKay a bien visité Israël en janvier, mais il semble s’en tamponner. À moins qu’il ait eu depuis un nouveau passeport, sans trace de son passage dans l’État juif…


    De retour aux recommandations du gouvernement du Canada, la dernière phrase des avertissements aux voyageurs est savoureuse, surtout si on l’imagine lue par le ministre MacKay ou par ses soldats : « Les Canadiens qui s’y trouvent déjà devraient partir. » On ne saurait mieux dire…

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel