Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Égypte: les résultats du référendum constitutionnel se font attendre

    24 décembre 2012 13h29 |Associated Press | Actualités internationales
    Égypte — Le président égyptien a ordonné à la chambre haute du Parlement de se réunir après la publication des résultats officiels du référendum sur le projet de Constitution, qui accorde temporairement les pouvoirs législatifs à cette assemblée.


    Les résultats du référendum étaient attendus lundi, mais ils n'ont pas été diffusés et la commission électorale n'a pas précisé quand ils seraient annoncés. Les Frères musulmans ont déclaré que la Constitution avait été adoptée par 64 % des voix, un score susceptible d'être confirmé par les résultats officiels.
     
    La chambre haute du Parlement, le Conseil de la choura, ne peut se réunir avant l'annonce officielle de l'adoption du projet de Constitution par les électeurs.
     
    La nouvelle Constitution accorderait tous les pouvoirs législatifs au Conseil de la choura, jusqu'à ce que la chambre basse soit élue d'ici deux mois. Le président Mohamed Morsi détient tous les pouvoirs législatifs depuis qu'un tribunal a dissous la chambre basse du Parlement.
     
    Durant le week-end, le président Morsi a nommé 90 membres du Conseil de la choura dominé par les islamistes, dans une tentative de rendre l'assemblée plus représentative.
     
    Les 90 nouveaux membres de l'assemblée comprennent au moins 30 islamistes et une douzaine de chrétiens. Le conseil compte maintenant 270 membres, dont les deux tiers ont été élus. Mais les critiques soulignent que la plupart des membres sont des islamistes ou leurs sympathisants.
     
    Le Conseil de la choura a été élu l'hiver dernier lors d'une élection ayant enregistré un taux de participation de moins de 10 % des 51 millions d'électeurs éligibles.
     
    Le conseil devrait se pencher en priorité sur l'adoption d'une nouvelle loi encadrant le déroulement des élections parlementaires. L'ancienne chambre basse, la première à avoir été élue après le renversement du président Hosni Moubarak, a été dissoute après qu'un tribunal eut jugé que la loi électorale était inconstitutionnelle.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel