Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Marée verte

    La photographie, diffusée la semaine dernière par les agences de presse, d'une Égyptienne couverte d'un niqab et montrant le bout de son doigt taché d'encre bleue — preuve qu'elle a voté — résume à elle seule les espoirs, mais aussi les ambiguïtés et les peurs associés à l'avènement du vote libre dans le monde arabe.

    Cette femme a voté, lors d'un scrutin où le pluralisme était réel, malgré une désorganisation des partis laïques (socialistes ou libéraux) qui a manifestement profité aux formations islamistes. Des islamistes qui — au Caire et à Alexandrie — ont «fait sortir le vote» aussi efficacement que les troupes de Stephen Harper, le 2 mai 2011 dans la grande ceinture de Toronto.

    Elle a voté dans des conditions où le niveau «technique» du scrutin était acceptable, la violence minime — malgré les événements encore tout frais de la place Tahrir — et le décompte honnête. Avec — ne l'oublions jamais — un encadrement scrupuleux des forces armées autour des bureaux de vote. Un vrai scrutin... bien que sous influence islamiste et militaire.

    Mais cette femme a aussi exercé son droit de citoyenne dans une tenue que plusieurs associent à l'oppression sexiste et dans des rangées scrupuleusement distinctes de celles des hommes... ce qui sent la discrimination.

    De plus, elle a probablement choisi, dans le secret de l'urne — si le vote féminin a suivi les mêmes tendances que le vote masculin, ce qui est plausible —, les Frères musulmans ou des salafistes. De quoi laisser l'observateur occidental perplexe...

    ***

    D'où les titres alarmistes de la presse occidentale des derniers jours... «Maroc, Égypte: les barbus balaient tout sur leur passage.» «Égypte, la marée verte déborde.» «Après le printemps arabe, un hiver islamiste?»

    Au Maroc, le 25 novembre, la principale formation islamiste, le Parti de la justice et du développement, est arrivée au premier rang, décrochant 27 % des sièges.

    En Égypte les 28 et 29 novembre — pour le premier de trois tours de scrutin, qui couvrait les deux grandes villes du Caire et d'Alexandrie —, on attendait les Frères musulmans en tête. Ils y sont: 37 % des voix au Parti de la liberté et de la justice.

    Mais la surprise est venue de la percée des tenants les plus radicaux de l'islam politique: 24 % au parti salafiste al-Nour. Des gens qui — à l'opposé des Frères musulmans — ne se prêtent au jeu électoral, de leur propre aveu, que dans une perspective tactique. Car pour eux, seuls Allah et le Coran peuvent dicter la loi.

    Ce qui ne fait pas moins de 61 % pour ces deux partis islamiques, arrivés respectivement premier et deuxième! Et puis rappelons qu'en Tunisie, en octobre, Ennahda avait obtenu 37 % des suffrages à l'élection de l'Assemblée constituante (pour 41 % des sièges).

    ***

    On commence donc à avoir une idée plus précise de l'influence des partis religieux dans l'espace démocratique libéré par les révolutions tunisienne et égyptienne. Un rôle majeur, qui instille le doute sur la véritable portée libératrice de ces exercices électoraux.

    Pourtant, si l'on y regarde de plus près, on peut continuer de penser qu'aucun de ces pays ne se dirige là où se trouvent aujourd'hui l'Iran ou l'Arabie saoudite: deux modèles du passé, qui donnent des signes d'essoufflement, particulièrement la République islamique iranienne.

    En Tunisie, les islamistes se sont alliés à deux formations laïques qui lui permettent d'avoir la majorité à la Constituante, et dont on peut espérer qu'elles ne laisseront pas passer des atteintes aux conquêtes laïques du pays. Sans oublier les autres formations, dans l'opposition, qui ensemble représentent quelque 40 % des électeurs.

    À Rabat, le parti d'Abdelilah Benkirane, avec son gros quart des suffrages, ne sera pas hégémonique. Il se laissera volontiers «coopter» par le système de pouvoir organisé autour du roi. Au Maroc, il n'y a pas eu de révolution... et il n'y en aura pas davantage avec ces islamistes-là.

    Reste le cas de l'Égypte, qui n'est pas le moindre. Si l'on peut espérer — comme pour Ennahda en Tunisie — une «socialisation démocratique» des Frères musulmans par un environnement pluraliste, par le réalisme géopolitique et les nécessités économiques, il reste que près d'un quart des électeurs ont appuyé de vrais fondamentalistes réactionnaires.

    Motif d'espoir: la direction de la Confrérie a promis qu'il n'était pas question de s'allier au Parlement avec ces boutefeux. Même en Égypte, un compromis au centre — avec les laïques comme partenaires — reste possible.

    ***

    François Brousseau est chroniqueur d'information internationale à Radio-Canada. On peut l'entendre tous les jours à l'émission Désautels à la Première Chaîne radio et lire ses textes à l'adresse http://blogues.radio-canada.ca/correspondants
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel