Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Flottille de la liberté - Des militants dénoncent l'arraisonnement du navire français

    «C'est la réaction d'un géant qui a des pieds d'argile et qui le sait»

    Les militants montréalais du mouvement Free Gaza ont transporté un bateau fait de panneaux de plastique entre le consulat grec et celui d’Israël.<br />
    Photo: François Pesant - Le Devoir Les militants montréalais du mouvement Free Gaza ont transporté un bateau fait de panneaux de plastique entre le consulat grec et celui d’Israël.
    Une vingtaine de militants contre le blocus économique d'Israël sur Gaza ont accroché un bateau bricolé devant le consulat israélien à Montréal, hier, pour dénoncer l'arraisonnement du navire français de la Flottille pour la liberté mardi dernier. Stéphan Corriveau, qui était à bord du Dignité-Al Karama, a raconté le déroulement des événements qu'il considère comme une «démonstration de faiblesse d'Israël».

    Les militants du mouvement Free Gaza de la métropole ont transporté le bateau fait de panneaux de plastique du consulat grec vers le consulat israélien, soit les deux pays entre lesquels la flottille pacifiste de 10 bateaux n'a pas réussi à circuler. Seul un bateau de 16 passagers a réussi cette année à se rendre à proximité d'Israël, avant d'être tombé sous le contrôle de la marine israélienne.

    Le bateau accroché devant le consulat — faute d'avoir pu être déposé à l'intérieur — est le symbole d'une lutte qui continue, a dit Marie-Ève Rancourt, représentante de la Ligue des droits et libertés du Québec qui était à bord du bateau canadien qui a lâché prise en Grèce il y a une dizaine de jours. «C'est un message au gouvernement israélien que malgré le fait qu'il a utilisé tout son pouvoir pour faire pression sur les États européens pour empêcher la flottille de prendre la mer et pour empêcher le bateau français de joindre les côtes de Gaza, on est tout aussi déterminé à poursuivre la lutte pour la justice et la paix en Palestine», objet d'un embargo imposé par Israël depuis 2007, soit depuis que le Hamas, considéré par l'État hébreu, le Canada et les États-Unis comme une organisation terroriste, a pris le contrôle de Gaza.

    La manifestation d'hier s'est déroulée dans le calme.

    Le membre du comité de direction de la Flottille de la liberté pour le Québec, Stéphan Corriveau, a pris part à l'événement, au lendemain de son retour au Québec. Selon lui, l'arraisonnement du bateau français à bord duquel il se trouvait jusqu'à mardi «est encourageant». «C'était tellement une réponse disproportionnée que c'est clairement un signe de panique. C'est la réaction d'un géant qui a des pieds d'argile et qui le sait», a-t-il dit.

    Mardi matin, le Dignité-Al Karama, en route vers la côte de Gaza, a été entouré par quatre bateaux de guerre israéliens et de sept petits navires. «Ce n'était pas des chaloupes, disons, raconte Stéphan Corriveau. Les quatre gros bateaux avaient des lance-missiles, des canons, des hélicoptères... Beaucoup de quincaillerie pour notre petite affaire.»

    Devant le refus des passagers du bateau de la flottille de rebrousser chemin après plusieurs avertissements, la marine a investi le bateau et ramené Stéphan Corriveau et ses collègues au port d'Ashdod, où ils ont été interrogés et fouillés. «La chose qui les intéressait, c'était les caméras, les téléphones, les enregistreuses, les ordinateurs», objets qui leur ont été confisqués, selon le militant.

    Le lendemain matin, après deux trajets d'autobus, plusieurs interrogatoires et une courte période de détention, M. Corriveau a été mené à l'aéroport pour un vol vers le Canada, sans toutefois être interdit d'entrée en Israël à l'avenir.

    Les membres du comité de direction de la Flottille de la liberté n'ont pas encore décidé quand ils reprendront la mer vers Gaza.
    Les militants montréalais du mouvement Free Gaza ont transporté un bateau fait de panneaux de plastique entre le consulat grec et celui d’Israël.<br />
Le membre du comité de direction de la Flottille de la liberté pour le Québec, Stéphan Corriveau, a dénoncé hier le blocus économique d’Israël sur Gaza.<br />












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.