Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pro-Palestiniens et pro-Israéliens s'affrontent sur le Web

    30 juin 2011 |Agence Reuters - Reuters | Actualités internationales
    Jérusalem — Les bateaux de la flottille à destination de la bande de Gaza n'ont pas encore quitté leur port d'attache en Grèce, mais la bataille entre activistes pro-palestiniens et Israël fait déjà rage sur Internet.

    Les organisateurs de la «Flottille pour la liberté II» ont déjà investi les réseaux sociaux Facebook et Twitter, et ont créé un site Web (www.freedomflotilla.eu) pour expliquer les fondements humanitaires de leur projet après les incidents meurtriers qui avaient marqué une entreprise similaire l'an passé.

    De leur côté, les Israéliens commencent à organiser des contre-feux sur la toile, accusant les militants de vouloir fomenter des actions violentes.

    Un message texte envoyé lundi à la presse par le cabinet du premier ministre Benjamin Nétanyahou cite des «responsables israéliens» affirmant que les organisateurs de la flottille pourraient utiliser des armes chimiques contre les soldats chargés de les intercepter.

    Mardi, une accusation similaire a été relayée par l'armée israélienne, qui a reçu l'ordre d'empêcher les militants d'atteindre l'enclave côtière palestinienne sous blocus de l'État hébreu depuis 2006.

    Ces allégations ont été démenties sur la page Facebook de «US Boat to Gaza», l'association affirmant qu'Israël «invente des histoires d'horreur à propos de centaines de civils sans armes qui participent à la flottille».

    Le blocus imposé depuis cinq ans se justifie aux yeux des autorités israéliennes par la nécessité d'empêcher l'approvisionnement en armes des militants du Hamas qui refusent de reconnaître Israël.

    L'an passé, un convoi humanitaire organisé par une ONG turque avait été intercepté par des commandos israéliens qui avaient tué neuf militants.

    La tension avait alors été vive entre la Turquie et Israël et l'indignation exprimée par la communauté internationale avait incité les Israéliens à assouplir les mesures du blocus terrestre.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.