Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La banque centrale du Japon injecte 98 milliards de plus dans son système

    Tokyo — La banque centrale du Japon a injecté aujourd'hui des milliards de dollars supplémentaires dans son système financier pour tenter d’apaiser les craintes de voir les banques du pays crouler sous l’impact économique du séisme et du tsunami de vendredi dernier.

    Pendant ce temps, les marchés boursiers japonais ont plongé pour une deuxième séance consécutive, alors que s’amplifiait la crise nucléaire à la centrale de Fukushima Dai-ichi.

    Les deux injections totalisant 8000 milliards de yens, soit environ 98 milliards $US, s’ajoutent à celle de 184 milliards $US effectuée la veille sur les marchés monétaires, et à l’assouplissement de la politique monétaire visant à appuyer l’économie du pays, dans la foulée du tremblement de terre d’une magnitude de 9,0 qui a tué des milliers de personnes.

    Ces injections ont aidé à stabiliser les marchés des devises, mais les marchés d’actions ont plongé pour un deuxième jour consécutif.

    L’indice de référence Nikkei 225 a plongé de jusqu’à 14 % après que le premier ministre Naoto Kan eut recommandé aux gens qui habitent dans un rayon de 30 kilomètres de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi de rester à l’intérieur, en raison du niveau de radiation dans l’air. La Bourse de Tokyo a finalement clôturé en baisse de 10,6 %.

    La radiation s’échappe des réacteurs endommagés de la centrale du nord-est du pays, où la situation ne cesse d’empirer quatre jours après la catastrophe naturelle. Selon le premier ministre japonais, d’autres fuites radioactives sont possibles.

    La Banque du Japon a réagi rapidement pour tenter de calmer la donne sur les marchés financiers. En inondant le système bancaire de liquidités, elle espère que les banques vont continuer à prêter de l’argent et être en mesure de répondre à la hausse probable de la demande de fonds post-séisme.

    Selon des analystes, le Japon pourrait avoir recours au vaste marché obligataire pour aider à payer pour la reconstruction des régions côtières touchées par le tsunami. Mais cela ajoutera nécessairement au lourd fardeau de ses finances nationales. Le Japon est aux prises avec une énorme dette qui, à 200 % de son produit intérieur brut, est la plus importante parmi les pays développés.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel