Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Les Égyptiens de Montréal solidaires

    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
    Autres textes du dossier «Le printemps arabe»
    La communauté égyptienne de Montréal s'est réunie hier pour faire écho aux revendications des manifestants en Égypte, reprenant leur slogan en arabe: «Le peuple veut faire tomber ce gouvernement!»

    Ils étaient une centaine devant le consulat d'Égypte à crier leur souhait de voir le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans, quitter la tête de l'État. «Trente ans, il me semble que c'est assez! a dit Amy, une dame d'origine égyptienne rencontrée sur les lieux. J'ai de la famille au Caire et je n'arrive même plus à leur parler au téléphone. Ça, ce n'est pas de la liberté.» Le gouvernement de Moubarak a coupé les principaux réseaux de télécommunications hier.

    Depuis mardi, jour où le mouvement a éclaté en Égypte, les jumeaux Adham et Omar Shalabi ont les yeux rivés à leur écran d'ordinateur. Ce sont surtout des jeunes comme eux qui sortent aujourd'hui dans les rues des grandes villes égyptiennes, malgré la répression policière. «Ils font ce qu'il faut faire, parce que l'Égypte se dégrade. Si on y était, on ferait pareil, parce qu'on voudrait participer à l'histoire du pays», ont assuré, pancartes en main, les deux jeunes hommes arrivés au Québec il y a quatre ans.

    Il s'agissait de la troisième manifestation devant le consulat égyptien à Montréal depuis mardi. Une manifestation de soutien a également eu lieu, hier, devant l'ambassade égyptienne à Ottawa, réunissant une centaine de personnes. À Paris, et à Tunis aussi, des gens sont sortis pour montrer leur appui aux protestataires d'Égypte. Une autre rencontre est prévue à Toronto, demain.












    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.