Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Espace - Les débris d'un satellite chinois menacent la Station spatiale internationale

    La trajectoire des débris, qui devaient frôler la Station, était considérée comme «dangereuse».<br />
    Photo : Agence France-Presse (photo) La trajectoire des débris, qui devaient frôler la Station, était considérée comme «dangereuse».
    Moscou — Les débris d'un satellite chinois détruit en 2007 par un missile se trouvent sur une trajectoire proche de la Station spatiale internationale (ISS), et l'équipage pourrait devoir se réfugier dans deux vaisseaux de secours, a indiqué hier un responsable russe.

    Les débris sont ceux du satellite météorologique Feng Yun 1C, que la Chine a détruit avec un missile en janvier 2007.

    «Si les calculs montrent que les débris s'approchent de la station à une distance trop réduite, les six cosmonautes recevront l'ordre de se réfugier dans les deux vaisseaux Soyouz arrimés à l'ISS», a déclaré un responsable du Centre russe de contrôle des vols, cité par l'agence Interfax.

    Ce responsable, qui n'a pas été nommé, a considéré que la trajectoire de ces débris, qui devaient frôler l'ISS dans la nuit d'hier à aujourd'hui (heure de Moscou), était «dangereuse», mais a souligné qu'il était trop tard pour envisager de corriger la propre trajectoire de la station spatiale.

    Un porte-parole de la NASA, Kelly Humphries, a cependant minimisé le risque. «Une possible conjonction de trajectoire avec un morceau du satellite Feng Yun a été relevée la nuit dernière», a-t-il dit dans un message électronique. «Il a cependant été établi que l'écart de trajectoire était substantiel, et aucune manoeuvre ne sera nécessaire», a-t-il ajouté.

    Trois astronautes américains et trois cosmonautes russes vivent actuellement à bord de l'ISS, qui est en orbite à 350 km de la Terre.

    La destruction par la Chine de son satellite avec un missile, première du genre en 2007, avait suscité une vive critique de la part des États-Unis.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel