Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Enlèvement d'enfants en Haïti - La porte-parole américaine interrogée en audience

    9 février 2010 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Actualités internationales
    Laura Silsby, porte-parole du groupe des dix américains interrogés, avoue se «fier à Dieu pour qu’il révèle toute la vérité».
    Photo: Agence Reuters Kena Betancur Laura Silsby, porte-parole du groupe des dix américains interrogés, avoue se «fier à Dieu pour qu’il révèle toute la vérité».
    Cinq des dix Américains qui ont été inculpés jeudi dernier à Port-au-Prince d'«enlèvement d'enfants» et d'«association de malfaiteurs» ont été sommés de se présenter à une audience devant un juge, qui n'a interrogé que la porte-parole controversée du groupe, Laura Silsby.

    Les cinq ressortissants américains sont restés plus de trois heures dans le bâtiment servant de palais de justice depuis le tremblement de terre.

    Ils étaient accompagnés d'un avocat dominicain, Jorge Puello, qui a soutenu que les dix inculpés «avaient les papiers légaux» pour faire sortir d'Haïti 33 enfants, prétendument des orphelins.

    L'avocat haïtien qui pourrait se charger de la défense des baptistes américains, Aviol Fleurant, a déclaré, hier après-midi, aux journalistes que ses clients étaient «entrés en Haïti dans une situation de force majeure. [...] Ils étaient là au nom de l'humanité, au nom du coeur humain, pour aider des Haïtiens à traverser la frontière parce que tout fonctionnait mal en Haïti à cette époque».

    «Les enfants ont des parents», a reconnu M. Fleurant, mais ceux qui se sont exprimés dans les médias «ont [notamment] déclaré avoir donné de bonne foi» leurs enfants aux Américains, a-t-il souligné.

    À sa sortie de la salle d'audience, Laura Silsby, qui a été la seule accusée interrogée hier a déclaré se «fier à Dieu pour qu'il révèle toute la vérité et pour que nous soyons relâchés et disculpés». «Nous attendons que la procédure judiciaire haïtienne arrive à terme», a-t-elle ajouté, faisant remarquer que l'audience s'était «bien déroulée».

    Les neuf autres membres du groupe devraient être entendus aujourd'hui, puis tous ensemble demain pour soulever d'éventuelles contradictions dans leur récit des événements, a indiqué une source judiciaire proche du dossier à l'AFP.

    Les enquêteurs vont quant à eux essayer d'ici la fin de la semaine d'interroger les parents du plus grand nombre des 33 enfants présentés comme des orphelins par les baptistes, alors qu'ils essayaient de leur faire passer la frontière dominicaine sans papiers d'identité. Mais «ils sont difficiles à trouver», a dit la source.

    Une fois l'enquête achevée, le procureur pourrait se prononcer en faveur de la libération conditionnelle des Américains. Le juge dispose de son côté de trois mois pour rendre ses conclusions.

    Les cinq hommes et cinq femmes, arrêtés fin janvier à la frontière dominicaine et détenus depuis, vont bien, selon Aviol Fleurant.

    *****

    D'après l'Agence France-Presse












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.