Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Haïti: l’industrie québécoise du bois veut construire 2000 maisons

    Bill Clinton retourne demain pour coordonner l'aide internationale

    Des sinistrés dans un camp de fortune à Haïti
    Photo: La Presse canadienne (photo) AP-Rogrigo Abd Des sinistrés dans un camp de fortune à Haïti
    L’industrie québécoise du bois entend contribuer aux efforts de reconstruction d’Haïti en expédiant au moins 2000 maisons dans le pays dévasté. Préfabriquées au Québec, les habitations seront assemblées en Haïti de concert avec la population locale, a annoncé aujourd’hui le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec, Guy Chevrette.

    Spécialement adaptées, ces maisons pourraient permettre à environ 10 000 sinistrés de profiter d’un nouveau toit.

    Les industriels s’engagent à offrir gratuitement les matériaux de même que le soutien technique et professionnel. Ils demandent cependant à Québec et à Ottawa d’assurer la gestion de l’initiative tout comme les frais de transport et de montage des maisons en usine.

    M. Chevrette a évalué à environ 15 millions $ la valeur totale de l’opération, dont deux millions $ assumés par l’industrie forestière.

    Il s’agit, a-t-il dit, d’un projet strictement humanitaire sans visée commerciale ou pécuniaire.

    Des médecins et infirmières utiles

    Par ailleurs, les médecins et infirmières québécois d’origine haïtienne dépêchés en Haïti par le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) affirment que leur présence sur place a grandement facilité la collaboration entre les équipes internationales, en plus de permettre d’offrir aux sinistrés des soins dans leur langue.

    A peine rentrés au pays après une mission volontaire de deux semaines, ils ont expliqué avoir rapidement constaté que la coopération entre les équipes américaines et françaises déjà sur place lors de leur arrivée laissait à désirer, essentiellement en raison de la barrière de la langue.

    Puisqu’ils s’expriment aussi bien en français qu’en anglais, les spécialistes québécois rentrent au pays fiers d’avoir contribué à améliorer l’efficacité du travail de leurs collègues internationaux.

    De plus, leur connaissance de la langue et de la culture haïtienne s’est révélée précieuse, ont-ils dit, puisque cela leur a permis d’offrir aux sinistrés des soins en créole et de voir le patient dans son ensemble.

    Et malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils ont dû travailler, ils affirment avoir été souvent époustouflés par la force de la nature, de voir des sinistrés survivre alors qu’ils semblaient condamnés par la gravité de leurs blessures et le manque de ressources.

    Bill Clinton y retourne

    Au plan international, on apprend aujourd’hui que l’ancien président américain Bill Clinton doit s’envoler vendredi pour Haïti dans le cadre d’une deuxième visite dans le pays depuis le séisme, afin de coordonner l’aide internationale. Au menu de son déplacement, des entretiens avec les dirigeants haïtiens, une visite dans une clinique soignant des malades du SIDA à Port-au-Prince et la distribution de fournitures.

    La mannequin Naomi Campbell a pour sa part annoné que le monde de la mode apportera sa contribution pour aider Haïti: il y aura un défilé de bienfaisance rassemblant des mannequins et des grands couturiers le 12 février, lors de la semaine de la mode à New York.

    Envoyé spécial de l’ONU pour Haïti, Bill Clinton a accepté mercredi d’assumer des fonctions élargies, à la demande du Secrétaire général Ban Ki-moon.

    «La longue route» vers la reconstruction vient juste de commencer, a souligné l’ex-locataire de la Maison Blanche dans un communiqué. Il a déclaré qu’il souhaitait s’assurer que l’assistance continuera «d’être efficace, coordonnée et soutenue dans les semaines et les mois à venir».

    Pour sa part, la FIFA s’est engagée à dépenser trois millions de dollars pour reconstruire les infrastructures du football à Haïti. Le comité des finances de la FIFA a créé aujourd'hui un fonds spécial, en plus des 250 000 dollars d’aide d’urgence déjà fournie après le séisme.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.