Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Mexique - L'armée tue le chef d'un important cartel de la drogue

    18 décembre 2009 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Actualités internationales
    L’opération s’est déroulée à Cuernavaca.
    Photo: Agence Reuters Eliana Aponte L’opération s’est déroulée à Cuernavaca.
    Les activités des cartels, qui se disputent le contrôle du trafic de la drogue, ont provoqué plus de 14 000 morts au Mexique ces dernières années. La mort d'Arturo Beltram Leyva constitue une victoire pour le gouvernement Calderon mais ne signifie pas la fin des cartels.

    Mexico — Arturo Beltran Leyva, le chef d'un des grands cartels de la drogue du Mexique, a été tué mercredi avec quatre de ses hommes dans un affrontement avec des militaires, a-t-on annoncé de source officielle à Mexico.

    Le «parrain» du cartel dit «des frères Beltran Leyva» a été tué «dans un affrontement intense entre des membres présumés de son organisation et des militaires de l'Infanterie de marine» à Cuernavaca, près de Mexico, a indiqué le ministère de la Marine dans un communiqué. Le gouvernement fédéral offrait 1,5 million de dollars pour sa capture.

    Quatre des hommes de Leyva ont péri dans la fusillade, dont l'un s'est suicidé en se voyant encerclé par les militaires, et trois militaires ont été blessés par des éclats de grenade, a ajouté le ministère.

    Les chaînes de télévision mexicaines ont montré des images de militaires déployés dans les rues de Cuernavaca, à 90 km au sud de Mexico. Cette ville de 350 000 habitants est un rendez-vous de week-end apprécié par les habitants aisés de la capitale, qui y ont des résidences secondaires.

    L'intervention des militaires contre les trafiquants a été organisée dans un quartier résidentiel dont une partie des habitants avaient été évacués à l'abri dans une salle de sports, selon des stations de radio citant la police.

    L'opération avait été préparée de longue date, après un long travail de renseignement, a déclaré à la chaîne de télévision Televisa l'amiral Jose Luis Vergara, porte-parole du ministère de la Marine.

    Le cartel «des frères Beltran Leyva» s'est constitué lors d'une scission au sein de celui dit «de Sinaloa», dont le chef est le fugitif Joaquin «Chapo» Guzman, évadé d'un pénitencier mexicain en 2001 et qui vient d'entrer dans la liste des milliardaires en dollars publiée par le magazine américain Forbes, a-t-on rappelé au ministère de la Justice.

    Alfredo Beltran Leyva, frère d'Arturo, avait été arrêté en janvier 2008, dans la première capture importante de l'administration du président conservateur Felipe Calderon qui, dès son arrivée au pouvoir fin 2006, a lancé de nombreuses opérations antidrogue.

    Depuis, les activités des cartels, qui se livrent une guerre sanglante pour le contrôle du trafic de la drogue et de son expédition vers les États-Unis, premier client mondial de la cocaïne, ont provoqué plus de 14 000 morts dans le pays, malgré le déploiement de 50 000 militaires en renfort de la police. La mort d'Arturo Beltran Leyva ne signifie pas nécessairement la fin du cartel portant son nom car «lorsqu'on coupe une tête de l'hydre, une autre repousse aussitôt», ont expliqué hier des spécialistes.


    «Un coup accablant»

    Arturo Beltran Leyva était le troisième homme le plus recherché par le gouvernement mexicain, qui avait offert une prime de 1,5 million de dollars pour sa capture. Le président Felipe Calderon, qui a érigé la lutte contre les cartels en priorité, a salué depuis le sommet de Copenhague «une réussite très importante pour le peuple et le gouvernement du Mexique, et un coup accablant contre une des organisations criminelles les plus dangereuses du pays et du continent».

    Les réseaux des cartels s'étendent aux États-Unis, en Colombie avec les producteurs, et en Amérique centrale, zone de transit de la drogue.

    La mort du patron du cartel des frères Beltran Leyva est une réussite pour M. Calderon, mais elle risque d'entraîner un nouveau pic de violence. «On ne peut écarter la perspective de violences internes, jusqu'à ce qu'une ligne de commandement du cartel se définisse», a expliqué le ministre de la Justice, Arturo Chavez.

    Le sang risque aussi de couler davantage entre organisations rivales, souligne un expert étranger basé à Mexico, sous couvert de l'anonymat. «Leyva avait réussi à nouer des alliances avec des organisations rivales, notamment le cartel de Juarez et le gang des Zetas, contre le cartel de Sinaloa de Joaquin "Chapo" Guzman», explique-t-il.

    Les Leyva sont devenus les pires ennemis de Guzman, évadé d'un pénitencier en 2001 et présent sur la liste des milliardaires en dollars du magazine américain Forbes. Ils se sont émancipés du cartel de Sinaloa début 2008, après l'arrestation d'Alfredo, frère d'Arturo, et parce qu'ils considéraient que Guzman l'avait «balancé» aux autorités, poursuit l'expert. «Le successeur d'Arturo n'aura peut-être plus le même motif de vengeance contre Guzman, mais la lutte pour le contrôle du marché continuera», selon lui.

    «Un chef est immédiatement remplacé, en l'occurrence Arturo Beltran Leyva l'est vraisemblablement déjà par son lieutenant Edgar Valdez Villareal, alias "La Barbie", qui a réussi à s'échapper», renchérit Jose Reveles, écrivain mexicain spécialiste du narcotrafic.

    «C'est un coup très réussi pour le gouvernement, très spectaculaire pour l'opinion publique, mais cela ne signifie pas la fin du trafic, ni de ce cartel», conclut-il, soulignant que «pour maîtriser le crime organisé, il ne suffit pas de capturer ses chefs mais il faut démanteler les réseaux de financement et de corruption qui lui permettent de prospérer».












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.