Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    L'entrevue - Relents de guerre civile au Guatemala

    Deux avocats risquent leur vie à l'avant-scène de la lutte pour les droits civiques

    Un soldat marche sous une banderole montrant des victimes de la guerre civile qui a ensanglanté le Guatemala, au cours d’une manifestation réclamant l’ouverture des archives militaires, en février dernier.
    Photo: Agence France-Presse (photo) Eltan Abramovich Un soldat marche sous une banderole montrant des victimes de la guerre civile qui a ensanglanté le Guatemala, au cours d’une manifestation réclamant l’ouverture des archives militaires, en février dernier.
    Le Guatemala se remet peu à peu de 36 ans de guerre civile. Les militants des droits de l'homme risquent encore leur vie pour défendre des principes qui paraissent acquis dans les démocraties occidentales.

    Nery Rodenas et Mario Domingo mènent une vie dangereuse. Sur la place publique et dans les cours de justice, ils crient la liberté, l'État de droit et la justice. Des mots si lourds que ces hommes vivent avec la hantise quotidienne d'être assassinés.

    Les deux avocats sont responsables de l'Office des droits de l'homme de l'archevêché du Guatemala (ODHAG), un organisme à l'avant-scène du mouvement pour les droits civiques au Guatemala. Aussi bien déplacer des montagnes. Le Guatemala, un pays de 13 millions d'habitants, peine à faire table rase d'une culture d'impunité qui profite à ses bourreaux.

    Le prédécesseur de MM. Rodenas et Domingo à la tête de l'ODHAG, l'évêque Juan José Gerardi Conedera, a été assassiné en 1998, deux jours après la publication par l'Église d'un rapport accablant sur les crimes commis durant la guerre civile. Le projet de «récupération de la mémoire historique» de l'ODHAG a permis de recenser quelque 55 000 violations des droits de l'homme, principalement attribuées à l'armée, durant le conflit interne qui a décimé le pays de 1960 à 1996.

    En 2001, deux militaires et un prêtre ont été condamnés pour le meurtre de Mgr Gerardi. Les têtes dirigeantes de ce complot morbide n'ont jamais été inquiétées, déplore Nery Rodenas, qui était récemment de passage à Montréal avec son collègue Mario Domingo. Les menaces adressées autrefois à Mgr Gerardi leur sont aujourd'hui destinées. «Oui, notre vie est en danger. Nous le savons. Nous sommes à l'avant-scène du mouvement des droits civiques, affirme Mario Domingo en riant. On apprend à vivre dans ces conditions. Tous les jours. Si on ne mène pas ce combat, qui va le faire?»


    Guerre, génocide et impunité

    La guerre civile a fait 200 000 morts au bas mot au Guatemala. Les complicités entre les escadrons de la mort, les militaires, la police et le gouvernement commencent à peine à être examinées sur la place publique. La découverte des archives militaires, demeurées intactes par miracle, devrait permettre de documenter des milliers d'homicides, d'actes de torture et de disparitions qui n'ont jamais été élucidés.

    «Nous ne savons pas exactement le nombre de morts. Nous croyons qu'il y en a plus de 200 000, mais c'est impossible de le dire», affirme Mario Domingo, coordonnateur du secteur de défense de la dignité humaine de l'ODHAG.

    Des accusations persistantes de génocide à l'encontre des populations mayas planent sur les anciens dirigeants du Guatemala. À ce jour, ils n'ont pas été inquiétés par la justice. Le général Efraín Ríos Montt, qui a pris le pouvoir à la suite du coup d'État de 1982, n'a jamais été poursuivi par la justice du Guatemala, bien que de nombreuses atteintes aux droits de l'homme et deux massacres se soient produits sous son règne. Montt fut député jusqu'en 2004; le dictateur ne put cependant poser sa candidature à l'élection présidentielle de 2003.

    Selon Nery Rodenas et Mario Domingo, le fruit n'est pas mûr pour la constitution d'un Tribunal pénal international pour le Guatemala, sur le modèle du Rwanda ou de l'ex-Yougoslavie. «La situation au Guatemala est différente. L'armée au Guatemala a gagné la guerre, et elle est toujours en contrôle de la situation», affirme M. Domingo. Il demeure cependant convaincu qu'un génocide a bel et bien labouré les terres ensanglantées du pays. Des villages entiers ont été rasés dans les communautés aborigènes. Hommes, femmes et enfants ont été massacrés. «C'était similaire à l'arrivée des Conquistadors espagnols», résume M. Domingo.


    Commission de l'ONU

    L'ONU a lancé l'an dernier la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala (CICIG), afin de «renforcer l'État de droit» dans ce pays à peine sorti du conflit. La CICIG doit enquêter et démanteler les organisations criminelles qui seraient à la fois responsables de la flambée de violence, de la corruption des institutions étatiques et de la paralysie du système judiciaire.

    La CICIG dispose d'un court mandat qu'elle accomplit de concert avec le système judiciaire local et le Bureau du procureur public. Nery Rodenas accorde une grande importance aux travaux de cette commission de l'ONU. «Elle a fait véritablement des enquêtes sur les groupes criminels, les groupes au pouvoir, même si elle a eu peu de temps pour y parvenir, estime-t-il. Il est très important que les gouvernements étrangers appuient la CICIG. Nous espérons qu'ils pourront exiger la mise en oeuvre des recommandations de la Commission sur le recouvrement de la mémoire collective, l'épuration des corps de sécurité et la cessation des inquisitions de l'État et de la justice.»

    Le Guatemala a besoin d'appuis de la communauté internationale, explique Nery Rodenas. Il en va de la pérennité des institutions civiles, qui demeurent toujours fragiles. Le Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC) a pu le constater lors d'une mission réalisée avec la collaboration de l'Open Society Institute et la Fondation Soros Guatemala. Dans ce pays marqué par la violence (le taux d'homicide y est 25 fois plus élevé qu'au Canada), la population entretient une certaine défiance à l'égard des institutions. «La culture démocratique est trop peu ancrée, et les "élites" du pays ne paraissent pas mobilisées autour de cet objectif. À l'exception de la CICIG, la communauté internationale, très présente, ne serait paradoxalement pas toujours très exigeante quant aux résultats obtenus avec les financements alloués [en prévention de la violence]», constate le CIPC dans son rapport publié en septembre dernier.

    «La violence favorise les éléments les plus réactionnaires d'une société, tétanise la population et l'empêche de s'organiser et d'agir», enchaîne le rapport du CIPC. Nery Rodenas en est trop conscient. «Aucun gouvernement n'a réussi à réduire le niveau de violence au Guatemala. Le risque, c'est que la population veuille élire un gouvernement autoritaire et répressif, qui serait peut-être capable de réduire les taux de violence, mais qui ne pourrait éliminer les origines de la violence. Il faut s'attaquer aux causes structurelles. Nous n'obtiendrons pas ces changements seuls. Nous avons besoin de l'appui de la communauté internationale, simplement pour s'assurer que l'État du Guatemala soit fonctionnel», conclut-il.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.