Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Irak - Violences entre chiites à Kerbala

    50 pèlerins ont été tués

    Des miliciens retenaient un pèlerin hier à Kerbala.
    Photo : Agence Reuters Des miliciens retenaient un pèlerin hier à Kerbala.
    Kerbala — L'influent imam chiite Moqtada Sadr a appelé au calme hier après de violents affrontements entre policiers et hommes armés qui ont tué 52 personnes dans la ville sainte de Kerbala à l'occasion d'un pèlerinage chiite.

    «Moqtada Sadr appelle au calme et demande à ses fidèles de ne pas participer aux désordres», a rapporté un de ses assistants.

    Les autorités irakiennes ont commencé à faire évacuer des centaines de milliers de pèlerins chiites réunis dans la ville.

    Selon un responsable de la sécurité irakienne, 52 personnes ont été tuées et 206 blessées dans ces affrontements. Le directeur de l'hôpital local a déclaré avoir reçu 28 cadavres et 144 blessés.

    Les combats semblent opposer des combattants fidèles à l'imam radical chiite Moqtada Sadr, probablement des miliciens de l'armée du Mahdi, et des policiers liés à un mouvement chiite rival, l'organisation Badr, bras armé du Conseil suprême islamique d'Irak (CSII).

    Les autorités, qui avaient déployé 10 000 policiers et 5000 soldats pour parer à d'éventuelles attaques sunnites, ont imposé un couvre-feu dans la ville.

    Évacuation

    Des autocars ont été affrétés afin de procéder à l'évacuation des pèlerins, venus pour la plupart de Bagdad et des provinces voisines, pour honorer la mémoire de l'imam Mohamed al-Mahdi, dernier des douze imams vénérés comme des saints par les chiites.

    Le général Abdelkrim Khalaf a déclaré que des unités terrestres et aériennes du ministère de l'Intérieur avaient quitté Bagdad pour se rendre à Kerbala, plus au sud. En outre, des forces stationnées dans d'autres provinces ont été dépêchées vers Kerbala.

    Des hommes armés rôdaient dans les rues avec des armes lourdes, des lance-grenades, des matraques et même des épées, s'en prenant aux pèlerins, y compris aux femmes.

    Selon les forces de l'ordre, des hommes équipés d'armes automatiques et d'armes de poing ont tenté de prendre le contrôle de la zone entourant les sanctuaires dédiés aux imams Hussein et Abbas.

    Hazem al-Aradji, un des adjoints de Sadr, a déclaré que les violences avaient éclaté au moment où la police avait tenté d'empêcher les pèlerins de scander des slogans favorables à Sadr.

    Un autre de ses collaborateurs a expliqué que les pèlerins avaient été outrés par le comportement des forces de l'ordre à leur endroit et qu'ils s'étaient vengés en s'en prenant aux policiers.

    Les partisans de Sadr et ceux du CSII, les deux principaux mouvements chiites d'Irak, luttent pour prendre le contrôle des villes du sud de l'Irak, à majorité chiite.

    Ces combats arrivent au plus mauvais moment pour le premier ministre Nouri al-Maliki, qui voulait justement montrer que les forces de sécurité irakiennes étaient capables d'assurer la sécurité plutôt que l'armée américaine.

    À la demande des autorités irakiennes, des avions de chasse américains ont survolé Kerbala pour une démonstration de force. Cette intervention est la seule de la part des Américains dans l'opération, a assuré un porte-parole militaire des États-Unis.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel