Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Un dictateur mis en place par les États-Unis

    11 décembre 2006
    Des milliers de personnes ont laissé exploser leur joie, hier à Santiago, certaines débouchant même le champagne, après l’annonce de la mort d’Augusto Pinochet, dont la dictature s’est étendue de 1973 à 1990.
    Photo: Agence Reuters Des milliers de personnes ont laissé exploser leur joie, hier à Santiago, certaines débouchant même le champagne, après l’annonce de la mort d’Augusto Pinochet, dont la dictature s’est étendue de 1973 à 1990.
    Washington — L'ancien dictateur chilien Augusto Pinochet, qui est mort hier, fut longtemps un protégé des États-Unis qui l'aidèrent activement lors de son coup d'État du 11 septembre 1973.

    Augusto Pinochet n'a pas pris le pouvoir à la suite d'une intervention américaine directe, mais son coup d'État a été rendu possible par les opérations entreprises par la CIA, dès 1970, lorsque le socialiste Salvador Allende fut élu président de la République chilienne.

    Craignant que les Soviétiques ne profitent de l'élection d'un gouvernement socialiste au Chili pour installer un régime communiste sur le continent sud-américain, Washington avait décidé d'agir secrètement avec la CIA pour tenter de renverser Salvador Allende et lui substituer un homme de droite fidèle aux principes de la doctrine américaine.

    Les principales ressources minières du pays, comme le cuivre, étant à l'époque contrôlées par des multinationales américaines, les États-Unis craignaient également, avec la venue d'un président socialiste, la nationalisation de ces importantes ressources minières.

    Commandité et soutenu par Washington, le coup d'État du 11 septembre 1973 avait pour but premier d'éliminer le gouvernement socialiste d'Allende, premier et seul gouvernement de gauche à avoir vu le jour en Amérique latine à cette époque.

    Une fois aux commandes, Pinochet fut acclamé par l'administration américaine d'alors pour avoir restauré l'ordre et relancé l'économie chilienne en suivant les préceptes monétaristes et ultralibéraux de l'École de Chicago.

    Mais, arrivé au pouvoir, le général Pinochet prit également des mesures instaurant la répression sur le plan politique et régional, y compris par la torture et le meurtre de ressortissants étrangers.

    Soupçonnant que les autorités américaines aient été sinon impliquées du moins informées de ces exactions, le juge chilien Juan Guzmán Tapia a demandé en vain dès juillet 2001 d'interroger l'ex-secrétaire d'État Henry Kissinger dans le cadre d'une enquête sur l'assassinat du journaliste américain Charles Horman fusillé pendant la dictature du général Pinochet (1973-1990).

    Charles Horman, dont l'assassinat a inspiré le film Missing de Costa Gavras, avait été arrêté par des agents chiliens le 17 septembre 1973, six jours après le coup d'État, après avoir dénoncé des actions de la CIA contre le régime d'Allende.

    Il avait disparu au Stade national de Santiago, transformé alors en centre de détention et de torture, et son cadavre avait été retrouvé en 1974 dans une fosse commune du cimetière général de la capitale.

    L'assassinat à Washington, le 21 septembre 1976, d'Orlando Letelier, ancien chef de la diplomatie chilienne et ancien ambassadeur du Chili aux États-Unis et de sa secrétaire, l'Américaine Ronni Moffitt, a commencé à distendre les liens entre Pinochet et les États-Unis.

    Avec l'arrivée du démocrate Jimmy Carter à la Maison-Blanche en janvier 1977, les États-Unis ont commencé à prendre leurs distances avec le plan Condor. Ce plan, conçu en 1975 sous les auspices de Pinochet, visait à éliminer les opposants de gauche des dictatures sud-américaines. Quand l'étau judiciaire s'est refermé sur Augusto Pinochet pour fraude fiscale, les autorités américaines ont fourni à la justice chilienne des informations sur les montages financiers complexes de la famille Pinochet aux États-Unis.

    Et quand la fille aînée de l'ex-dictateur, Lucia Pinochet, inculpée de fraude fiscale au Chili, a cherché asile aux États-Unis en janvier 2006, elle n'a pas été admise sur le territoire américain.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.