Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques

    L'action climatique doit tenir compte des questions de genre

    12 décembre 2017 | Alexandre Shields - Notre journaliste assiste au One Planet Summit à l’invitation du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la France. à Paris | Actualités sur l'environnement
    À Segunda, en Afrique du Sud, des femmes transportent de l’eau. Les femmes sont aux premières loges des impacts de plus en plus concrets des sécheresses, des phénomènes climatiques extrêmes, de la désertification ou alors de la raréfaction des ressources.
    Photo: Mujahid Safodien Agence France-Presse À Segunda, en Afrique du Sud, des femmes transportent de l’eau. Les femmes sont aux premières loges des impacts de plus en plus concrets des sécheresses, des phénomènes climatiques extrêmes, de la désertification ou alors de la raréfaction des ressources.

    Les impacts dévastateurs des changements climatiques sont de plus en plus connus. Mais ce que l’on sait moins, c’est que les femmes en sont le plus souvent les premières victimes. Cette réalité doit d’ailleurs plus que jamais être prise en compte, ont rappelé lundi plusieurs intervenantes de différents horizons dans le cadre d’un événement organisé à la veille du One Planet Summit de Paris.

     

    « Plus de 80 % des victimes du tsunami qui a dévasté Aceh [en Indonésie] en 2004 étaient des femmes avec des enfants », a rappelé d’entrée de jeu la ministre des Finances de l’Indonésie, Sri Mulyani, dans le cadre d’un événement organisé en soirée au siège du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, à Paris.

     

    Cette situation dramatique illustre un phénomène beaucoup plus vaste, a d’ailleurs souligné la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, Patricia Espinosa. Les femmes sont aux premières loges des impacts de plus en plus concrets des sécheresses, des phénomènes climatiques extrêmes, de la désertification ou alors de la raréfaction des ressources, a-t-elle fait valoir. « Cette situation est la réalité de millions de femmes dans le monde. »

     

    Les données officielles lui donnent d’ailleurs raison. Les femmes sont ainsi victimes de surmortalité, par rapport aux hommes, lors des catastrophes naturelles, des phénomènes qui auront tendance à augmenter en raison du réchauffement global.

     

    Lors de ces catastrophes, les femmes connaîtraient un taux de surmortalité cinq fois supérieur à celui des hommes, selon des données d’Oxfam. En plus du tsunami de 2004, les intervenantes ont notamment cité lundi l’exemple du cyclone qui, en 1991, a frappé le Bangladesh, tuant 70 femmes sur 1000, contre 15 hommes sur 1000.

     

    Qui plus est, les bouleversements du climat mettent plus que jamais en péril l’agriculture dans plusieurs régions du monde, notamment dans les pays en développement. Or, 80 % de la production alimentaire d’Asie et d’Afrique subsaharienne repose sur un modèle agricole familial dont, dans 45 à 80 % de cas, les femmes assument la charge.

     

    Dans les zones rurales des pays en voie de développement, l’approvisionnement en eau et en alimentation repose essentiellement sur les femmes et les filles. Elles sont donc les premières touchées lorsque survient une sécheresse ou des pluies qui ruinent les récoltes. Quand la nourriture et l’eau viennent à manquer, elles doivent redoubler d’efforts pour subvenir aux besoins du foyer.

     

    Le plus récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) constate d’ailleurs ce facteur de croissance des inégalités entre hommes et femmes, tandis que l’Accord de Paris reconnaît la nécessité que les femmes et les questions de genre soient mieux intégrées dans la planification de l’action climatique.

     

    Femmes et action

     

    Malgré la démonstration du phénomène, l’action n’est toujours pas au rendez-vous, a déploré lundi une coalition d’organisations de défense des droits des femmes. Dans le cadre d’un appel pour une « finance climat en action pour les femmes », elles ont souligné qu’à peine « 0,01 % des financements mondiaux soutiennent des projets s’attaquant à la fois au changement climatique et aux inégalités entre les sexes ».

     

    Cette coalition, qui compte des organisations issues de plusieurs régions du monde, a donc plaidé en faveur d’une augmentation « significative des financements publics » dans la lutte contre les changements climatiques, avec pour ambition que 20 % des « projets » financés aient aussi « pour objectif principal de réduire les inégalités entre les sexes », et ce, d’ici 2020. Les femmes sont « vecteurs de changement et d’évolution » en matière de développement durable, a fait valoir Mme Espinosa, en offrant son soutien à cette initiative.

     

    Le regroupement propose par ailleurs de favoriser l’inclusion des femmes dans les prises de décision quant aux milliards de dollars qui sont désormais dirigés vers la lutte contre les changements climatiques. L’enjeu est d’autant plus important que la communauté internationale s’est engagée à verser, dès 2020, plus de 100 milliards de dollars par année aux pays en développement pour leur permettre de mieux s’adapter aux impacts du réchauffement, mais aussi de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

     

    « Le meilleur outil que nous avons pour lutter contre les changements climatiques, c’est l’égalité entre les hommes et les femmes », a d’ailleurs fait valoir Yannick Glemarec, directeur exécutif adjoint d’ONU-Femmes.


    Les villes doivent agir Plus que jamais, les villes devront faire des gestes significatifs en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, a déclaré lundi à Paris la directrice de la Fondation européenne pour le climat, Laurence Tubiana. À la veille du One Planet Summit, conçu pour accélérer la mise en oeuvre de l’Accord de Paris, plusieurs dirigeants d’entreprises et d’organisations financières ont d’ailleurs abondé dans ce sens, dans le cadre d’une rencontre organisée par l’organisation patronale Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Il est vrai que les villes, qui sont déjà responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète, continueront de croître au cours des prochaines décennies. En 2050, prévoit la Banque mondiale, plus de sept milliards de personnes vivront dans les villes, et l’essentiel de la croissance du nombre d’urbains se fera dans les pays en développement. Le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a d’ailleurs insisté sur l’urgence d’agir. « Nous savons que nous marchons sur le seuil de l’irréversible. »












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.