Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Espèces menacées dans le monde: la liste s’allonge

    Désormais en «danger», la population de dauphins de l'Irrawady (ici dans le Mékong, au Cambodge) a diminué de moitié depuis 60 ans.
    Photo: Gerry Ryan Agence France-Presse Désormais en «danger», la population de dauphins de l'Irrawady (ici dans le Mékong, au Cambodge) a diminué de moitié depuis 60 ans.

    Plus de la moitié des espèces évaluées par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) sont menacées de disparition à des degrés divers, selon ce qui se dégage de la mise à jour de la longue « liste rouge » de l’organisme, publiée mardi. Celle-ci met par ailleurs en lumière les risques que représentent l’urbanisation croissante, l’agriculture industrielle et les pratiques de pêche destructrices.

     

    Les données compilées par l’organisme sur la base de travaux scientifiques ont jusqu’à présent permis d’évaluer la situation de 91 523 espèces animales et végétales. De ce nombre, 11 783 sont qualifiées de « vulnérables », 25 821 sont « menacées », 8455 sont « en danger » de disparition et 5583 sont en danger « critique ».

     

    Depuis 50 ans, la réputée organisation de conservation de la nature a également recensé plus de 900 espèces « éteintes » dans le cadre de la mise à jour annuelle de sa « liste rouge ». Trois espèces de reptiles sont d’ailleurs venues s’ajouter à cette liste des disparitions irrévocables cette année.

     

    Biodiversité menacée

     

    Au total, les données mises à jour cette année permettent de constater que plus de 55 % des espèces évaluées par l’UICN sont menacées à des degrés divers.

     

    D’ailleurs, plus le portrait se précise, plus il permet de constater que la biodiversité de la Terre est plus que jamais en péril. À titre de comparaison, en 2014, l’UICN évaluait que 30 % des 76 199 espèces évaluées au fil des ans étaient menacées.

     

    L’organisation, composée de gouvernements, d’organismes de la société civile et d’experts scientifiques, espère maintenant atteindre le chiffre de 160 000 espèces évaluées d’ici 2020.

     

    Plantes en péril

     

    Le suivi de l’état de santé de la biodiversité de la planète permet par ailleurs cette année de constater que des plantes sauvages « apparentées aux plantes cultivées » sont de plus en plus menacées par l’agriculture non durable et l’urbanisation. À titre d’exemple, trois espèces de riz sauvage, deux espèces de blé sauvage et dix-sept espèces d’igname sauvage — des tubercules très présents en Afrique — sont désormais inscrites comme « menacées ».

     

    Le déclin de ces espèces sauvages est d’autant plus sérieux que celles-ci ont une grande importance alimentaire et économique, rappelle l’UICN, tout en tirant la sonnette d’alarme.

     

    « Les espèces végétales sauvages apparentées aux espèces cultivées entretiennent aussi la diversité génétique des cultures agricoles, leur permettant ainsi de s’adapter aux changements climatiques et d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau mondial, ajoute Inger Andersen, directrice générale de l’UICN. Cette nouvelle mise à jour de la liste rouge nous alerte sur leur déclin et souligne le besoin d’y répondre, afin de sauvegarder notre propre avenir. »

     

    Dauphins c. pêche

     

    Le déclin d’autres espèces, dont des espèces de dauphins et de marsouins d’Asie, permet par ailleurs de mettre en lumière les problèmes provoqués par « la destruction des habitats et la surpêche de leurs proies ».

     

    « Après des années de travail en vue de protéger les mammifères marins, il est très inquiétant de constater le déclin considérable subi par plusieurs espèces de dauphins et de marsouins », insiste Thomas E. Lacher, de l’Université A&M du Texas, partenaire de la Liste rouge et membre du Comité de la Liste rouge de l’UICN.

     

    Il cite en exemple le cas de l’« extinction probable » du dauphin fluviatile de Chine, mais aussi celle du vaquita, un petit marsouin qui vit dans le golfe de Californie et dont la population se résume aujourd’hui à moins de 60 individus. Ils ont été décimés par les filets de pêche utilisés illégalement pour capturer certaines espèces de poissons prisées en Chine.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.