Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Philippe Bourke nommé président du BAPE

    Philippe Bourke a été directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec pendant 20 ans.
    Photo: Source Lucie Bataille Philippe Bourke a été directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec pendant 20 ans.

    Le gouvernement du Québec a annoncé mercredi la nomination de Philippe Bourke au poste de président du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Biologiste de formation, il a notamment occupé pendant 20 ans le poste de directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec.

     

    Philippe Bourke occupait depuis janvier le poste de vice-président développement stratégique et affaires publiques chez Réseau Environnement, un organisme à but non lucratif qui représente des membres experts en environnement au Québec.

     

    M. Bourke, qui a été membre de plusieurs conseils d’administration d’organismes à vocation environnementale, fait également partie du Comité-conseil sur les changements climatiques du gouvernement du Québec.

     

    Il succède à Pierre Baril, dont le mandat vient de se terminer. Le gouvernement doit également nommer incessamment un nouveau vice-président au BAPE, puisque le mandat de Louis-Gilles Francoeur, ancien journaliste du Devoir, arrive à échéance le 19 novembre.

     

    Contrôle politique

     

    Le processus de nomination des nouveaux membres du BAPE a soulevé une certaine controverse en septembre. Le gouvernement Couillard a alors annoncé, par décret, qu’il maintiendrait le contrôle politique sur les nominations au sein de cet organisme indépendant, chargé d’évaluer des projets de développement qui peuvent avoir des impacts environnementaux, sociaux et économiques majeurs.

     

    Concrètement, le comité qui sélectionne les personnes « aptes » pour le poste sera composé de trois personnes, dont deux membres seront « issus du gouvernement ». Ceux-ci peuvent décider des candidatures qui seront soumises au ministre de l’Environnement en vue de la nomination définitive.

     

    Dans un communiqué publié mercredi matin, la Coalition avenir Québec a d’ailleurs réclamé que le président et le vice-président du BAPE soient nommés par un vote aux deux tiers de l’Assemblée nationale. Une option préconisée également par le Parti québécois.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.