Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Relance de l’exploration pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent

    Le secteur Old Harry est situé à 80 kilomètres des Îles de la Madeleine.
    Photo: Alexandre Shields Le Devoir Le secteur Old Harry est situé à 80 kilomètres des Îles de la Madeleine.

    L’entreprise Corridor Resources compte relancer l’exploration pétrolière et gazière dans le golfe du Saint-Laurent au cours des prochains jours. Une décision qui survient trois mois après que l’entreprise ait reçu un chèque de 19,5 millions de dollars de la part du gouvernement du Québec, pour la fin du projet pétrolier sur Anticosti.

     

    Par voie de communiqué, l’entreprise précise qu’elle compte mener des « levés électromagnétiques » dans la portion du golfe située du côté de la frontière maritime de Terre-Neuve et Labrador.

     

    Corridor Resources possède en effet des permis d’exploration de ce côté de la frontière maritime, mais aussi du côté québécois. Les permis sont situés côte à côte, de part et d’autre de cette frontière.

     

    Les travaux d’exploration devraient être lancés « au cours des prochains jours », pour se terminer vers la mi-novembre, selon l’entreprise. Ceux-ci pourraient permettre de déterminer la présence d’éventuels « réservoirs » d’hydrocarbures.

     

    Il existe toujours un moratoire sur l’exploration pétrolière et gazière dans la portion québécoise du golfe du Saint-Laurent. Et l’an dernier, le premier ministre Philippe Couillard s’était montré très réticent à l’idée d’exploiter d’éventuels gisements d’énergies fossiles en eaux québécoises.

     

    Potentiel hypothétique

     

    Les données scientifiques disponibles démontrent en outre que le potentiel évoqué est très hypothétique. L’étude « Géologie et potentiel en hydrocarbures des bassins sédimentaires du sud du Québec », menée par des chercheurs de l’INRS dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique (EES) sur les hydrocarbures réalisée à la demande du gouvernement Couillard, estime le potentiel pétrolier à environ 100 millions de barils.

     

    Ce chiffre vaut toutefois pour tout le bassin de Madeleine, un très vaste territoire marin qui regroupe toute la partie sud du golfe du Saint-Laurent, mais seulement du côté québécois. Qui plus est, il se pourrait bien que le potentiel en énergie fossile de ce bassin soit essentiellement en gaz naturel. Des forages réalisés au cours des dernières décennies dans le golfe ont permis de détecter la présence de gaz, mais jamais de pétrole.

     

    Dans le cas de la structure sous-marine d’Old Harry, où aucun forage n’a été réalisé à ce jour, « les volumes d’hydrocarbures en place qui sont proposés doivent être considérés comme hautement spéculatifs ».

     

    Risques environnementaux

     

    Si le potentiel est hypothétique, les risques environnementaux sont, eux, bien réels. Une vaste étude environnementale réalisée à la demande du gouvernement du Québec concluait en 2013 qu’il demeure « plusieurs lacunes » dans l’état actuel des connaissances sur le golfe.

     

    Les carences concernent les technologies d’exploration et d’exploitation, les composantes des milieux physique, biologique et humain, ainsi que les « effets environnementaux potentiels des activités d’exploration et d’exploitation, ainsi que des déversements accidentels ».

     

    À l’instar de la catastrophe provoquée par le naufrage de l’Exxon Valdez, un déversement pétrolier qui surviendrait dans le Saint-Laurent risquerait aussi d’avoir des impacts à long terme sur l’ensemble de l’écosystème, conclut une autre étude menée à la demande du gouvernement Couillard. Et non seulement les hydrocarbures pourraient persister pendant plus d’une décennie, mais les opérations de nettoyage seraient particulièrement ardues.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.