Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Idées

    Énergie Est: pour une discussion nationale sur nos ressources naturelles

    11 octobre 2017 | André Pratte - Sénateur | Actualités sur l'environnement
    Selon l'auteur, il n’y a pas de doute que la faible acceptabilité sociale a ralenti le développement du projet Énergie Est.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Selon l'auteur, il n’y a pas de doute que la faible acceptabilité sociale a ralenti le développement du projet Énergie Est.

    Tous les spécialistes du secteur de l’énergie s’entendent pour dire que l’abandon du projet Énergie Est s’explique essentiellement par des facteurs économiques. Avec la baisse des prix du pétrole, le ralentissement de la croissance de la production des sables bitumineux et l’approbation de deux autres projets d’oléoduc (Trans Mountain et Keystone XL), la rentabilité d’Énergie Est était devenue douteuse. N’eût été cela, TransCanada aurait poursuivi ses efforts, comme elle l’a fait ailleurs, peu importe les obstacles posés sur sa route par les politiciens et les écologistes.

     

    Évidemment, il n’y a pas de doute que la faible acceptabilité sociale a ralenti le développement du projet. Cette résistance de différents milieux n’était pas une mauvaise chose en soi. En effet, TransCanada est arrivée au Québec avec de gros sabots, faisant peu de cas des préoccupations et des craintes d’une population peu habituée aux façons de faire de l’industrie pétrolière. Il a fallu cette levée de boucliers pour que l’entreprise albertaine réalise que son oléoduc ne passerait pas comme du beurre dans la poêle et refasse ses devoirs.

     

    Une certaine hypocrisie

     

    Cela dit, j’aurais souhaité que les élus québécois, tout en exprimant les réserves que leur inspirait le projet, tiennent compte de son importance pour l’économie de l’ouest du pays, économie dont nous sommes nous-mêmes bénéficiaires. Il y a eu dans ce rejet massif de la part des politiciens une certaine hypocrisie, notamment quand il venait de la part de dirigeants de grandes villes carburant à l’automobile. Pour sa part, le maire de Montréal, Denis Coderre, autrefois grand promoteur de l’unité canadienne, a fait preuve d’un déplorable esprit de clocher, alors qu’il aurait fort bien pu se faire le champion d’un juste milieu entre la protection de l’environnement et le développement économique, entre ses intérêts politiques à courte vue et les intérêts économiques du pays en son entier.

     

    Rivalisant avec le maire en cette matière, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, n’a cessé de blâmer le Québec pour les difficultés auxquelles faisait face Énergie Est. Ce faisant, M. Wall a commodément oublié que le projet Northern Gateway est mort et que le projet Trans Mountain est menacé en raison de la forte opposition de leaders provinciaux, municipaux et autochtones de l’ouest du pays. Le manque de solidarité avec les provinces productrices de pétrole n’est pas l’apanage du Québec.

     

    En raison de l’immensité de son territoire, la prospérité du Canada dépendra toujours en bonne partie de ses ressources naturelles. Le pétrole et le gaz en feront partie pour encore plusieurs décennies. Mais, en raison de la lutte urgente contre les changements climatiques, ces dernières ressources font face à des défis particuliers. C’est pourquoi, comme le souhaitait récemment Ken Hughes, ancien ministre albertain de l’Énergie, il est temps que les Canadiens aient une discussion franche sur l’avenir de ces hydrocarbures. Cette conversation pourrait, par exemple, prendre la forme d’une commission royale d’enquête. Elle devrait viser une exploitation de nos ressources naturelles pour le bien de l’économie du pays, exploitation encadrée par des règles exigeantes en matière environnementale et respectueuse des droits des peuples autochtones.

     

    Pour qu’une telle discussion ait lieu, il faut un leadership national, qui repose d’abord sur les épaules des élus fédéraux. Mais cela ne suffit pas : les leaders autochtones, provinciaux et municipaux doivent aussi faire preuve d’un esprit national, c’est-à-dire s’engager dans de tels échanges en ayant en vue l’intérêt du pays d’un océan à l’autre, pas seulement l’intérêt de leur communauté. Sans quoi, l’esprit de clocher triomphera. À chaque grand projet abandonné, une région, quelques villes crieront victoire. Mais le Canada aura perdu.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.