Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    TransCanada annonce la fin du projet Énergie Est

    Russ Girling explique que TransCanada ne poursuivra pas ses démarches pour le projet Énergie Est et pour le Réseau Principal Est.
    Photo: Mike Ridewood La Presse canadienne Russ Girling explique que TransCanada ne poursuivra pas ses démarches pour le projet Énergie Est et pour le Réseau Principal Est.

    La pétrolière albertaine TransCanada a annoncé jeudi matin qu’elle met fin au projet de pipeline Énergie Est, qui devait transporter chaque année plus de 400 millions de barils de pétrole. Le projet avait soulevé une vive controverse au Québec depuis son annonce officielle, en 2014.

    Dans un communiqué publié jeudi matin, le président et chef de la direction de TransCanada, Russ Girling, explique la décision par les résultats d’une analyse approfondie des nouvelles exigences liées au projet.

       

    M. Girling ajoute que TransCanada avisera l’Office national de l’énergie (ONE) qu’elle ne poursuivra pas ses démarches pour les projets Énergie Est et Réseau principal Est (qui devait transporter du gaz naturel), et que ceux-ci seront retirés du processus d’examen environnemental entrepris par le ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

     

    Décision inéluctable

     

    Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a réagi en soulignant qu’à son avis, la suspension du projet, au début du mois de septembre, donnait le signal que TransCanada se dirigeait « inéluctablement » vers un abandon pur et simple.

    « Est-ce que ça vous enlève une épine au pied ? » ont demandé les journalistes. M. Arcand n’a pas voulu répondre, se contentant de rappeler que le projet avait connu plusieurs « tergiversations » au fil des mois. Ce dernier avait déjà plaidé pour la construction du pipeline.

    Interpellé lui aussi à l’Assemblée nationale, le ministre des Finances, Carlos Leitão, a simplement dit : « Ça me laisse indifférent. » Il faut dire que le projet de pipeline Énergie Est était conçu essentiellement pour l’exportation de pétrole albertain et de pétrole de schiste américain, et non pour le raffinage au Québec.

    Il n’a d’ailleurs jamais été possible de savoir quelle quantité de ce pétrole aurait été raffinée au Québec. Selon les données de TransCanada, plus de 80 % du pétrole devait être directement exporté à l’état brut, par bateau, à partir d’un port du Nouveau-Brunswick. À terme, le projet de pipeline devait créer 33 emplois permanents au Québec, selon les données de la multinationale albertaine.

     

    Voyez la réaction du ministre Heurtel.

     

     

    Ottawa appuie les pipelines
    Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, a pour sa part tenu à rappeler que le gouvernement de Justin Trudeau « appuie fermement le secteur énergétique », puisque celui-ci « représente une source d’emplois de qualité pour la classe moyenne ».

    Ottawa a approuvé deux importants projets de pipelines au cours de la dernière année, a insisté M. Carr. Il y a d’abord le projet Trans Mountain, qui fait face à une contestation judiciaire sur la côte ouest, notamment de la part du gouvernement de la Colombie-Britannique. Il y a aussi le remplacement de la Ligne 3, un pipeline d’Enbridge qui traverse la frontière américaine. Ces deux pipelines pourraient permettre d’exporter chaque jour 1,65 million de barils de pétrole des sables bitumineux.

    Enfin, le gouvernement Trudeau a appuyé le projet Keystone XL, de TransCanada, soutenu par le président Donald Trump. La pétrolière doit d’ailleurs décider sous peu si elle lance les travaux en vue de la construction de ce pipeline, qui doit transporter chaque jour 830 000 barils vers les raffineries du sud des États-Unis.

    Selon les plus récentes prévisions de l’Association canadienne des producteurs pétroliers, la croissance de la production doit se poursuivre au cours des prochaines années, pour atteindre 5,1 millions de barils en 2030, dont 3,7 millions provenant des sables bitumineux.

    Études environnementales

    Le ministre de l’Environnement du Québec, David Heurtel, a souligné jeudi que la « relation » des citoyens avec les énergies fossiles avait évolué depuis le dépôt initial du projet, en 2013.

    « Ce que ça démontre, c’est que nous avons beaucoup évolué dans notre relation au pétrole, mais aussi dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques et de la nécessité de passer à d’autres formes d’énergies, a fait valoir M. Heurtel. Lorsqu’on regarde ce qui se passe dans le monde, on constate que les investissements dans les énergies fossiles sont beaucoup moins importants que ceux dans les énergies renouvelables. »

    Selon le ministre Heurtel, « ce projet n’a pas été très bien expliqué aux Québécois ». Qui plus est, a-t-il insisté, une entreprise qui présente un projet aussi controversé « ne peut pas faire fi des lois et des règlements en vigueur dans les provinces ».

    Or, TransCanada avait refusé au départ de réaliser une étude d’impact pour son projet en vertu de la législation environnementale québécoise. La Loi sur la qualité de l’environnement prévoit pourtant que tout pipeline de plus de deux kilomètres doit être soumis à une telle procédure.

    Il aura fallu une première demande d’injonction, déposée au début de 2016 par des groupes environnementaux, puis une autre présentée par le gouvernement du Québec, pour que la pétrolière accepte de le faire.

    Cette étude d’impact au Québec n’était d’ailleurs toujours pas terminée, a souligné jeudi le ministre Arcand. Elle aurait mené à des audiences sous l’égide du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement. Le processus d’examen fédéral du projet a lui aussi connu des ratés. L’Office national de l’énergie a dû reprendre le processus depuis le début, après le désistement des commissaires qui menaient l’étude. Deux de ceux-ci avaient en effet rencontré Jean Charest lorsque ce dernier était consultant pour TransCanada dans le cadre du projet Énergie Est.

    Écologistes ravis

    Les groupes environnementaux ont rapidement et unanimement salué la décision de TransCanada d’abandonner le projet de pipeline Énergie Est jeudi matin.

    « Si ce projet tombe, c’est parce que des citoyens et des juristes ont réussi à faire la lumière sur ses risques importants pour notre eau, nos terres et notre climat, et qu’il est incompatible avec notre droit de vivre dans un environnement sain », a fait valoir la directrice du Centre québécois du droit de l’environnement, Karine Péloffy.

    C’est cet organisme qui avait contesté en cour la décision de TransCanada de mener des travaux à Cacouna, au coeur de l’habitat du béluga, en vue de la construction d’un port d’exportation. Après avoir mené des levés sismiques sans autorisation du Québec, le gouvernement Couillard a imposé l’amende minimale prévue par la loi, soit 5000 $.

    « La réalisation d’Énergie Est aurait rendu à peu près impossible l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris par le Canada en ajoutant l’équivalent des émissions de GES de sept millions de voitures. L’arrêt de ce projet est une bonne nouvelle à la fois pour nos communautés et pour l’environnement », a déclaré pour sa part Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre.

    Farouche opposant au projet de pipeline, le maire de Montréal, Denis Coderre, a qualifié l’abandon de « victoire extraordinaire ». « Je suis très fier », a-t-il ajouté, en saluant la protection de l’environnement de la région. La Communauté métropolitaine de Montréal, qui compte 82 municipalités, s’opposait aussi au projet, notamment en raison des risques pour l’eau potable en cas de déversement.

    Projet majeur

    Le pipeline Énergie Est, un projet dont la valeur a été évaluée à 15,7 milliards de dollars, devait acheminer quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux, en vue d’une exportation vers l’Europe, les États-Unis et l’Inde.

    Le pipeline Énergie Est, d’une longueur totale de 4600 km, aurait traversé le territoire de six provinces, de l’Alberta au Nouveau-Brunswick. Au Québec, le pipeline aurait eu une longueur de 625 kilomètres. Il aurait traversé le territoire de plusieurs municipalités, quelques centaines de cours d’eau, des terres agricoles et des milieux naturels protégés.

    TransCanada a, à l’heure actuelle, un total de 26 lobbyistes inscrits au registre québécois. En plus du projet Énergie Est, certains lobbyistes peuvent faire des démarches en faveur du réseau gazier exploité par l’entreprise, mais aussi de la centrale au gaz de Bécancour, qui a coûté des centaines de millions de dollars à Hydro-Québec et qui demeure essentiellement inutilisée depuis son inauguration, il y a plus de dix ans.

    Avec Marie-Michèle Sioui 

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.