Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La saison des ouragans s’annonce très active dans l’Atlantique Nord

    9 août 2017 | Agence France-Presse à Washington | Actualités sur l'environnement
    Sur les six tempêtes tropicales de cette saison, une s’était déjà produite en avril, deux en juin, deux en juillet et une en août.
    Photo: Joe Raedle Archives Getty Images North America/Agence France-Presse Sur les six tempêtes tropicales de cette saison, une s’était déjà produite en avril, deux en juin, deux en juillet et une en août.

    La saison 2017 des ouragans dans l’Atlantique Nord pourrait être la plus active depuis 2010, a annoncé mercredi l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), qui a revu à la hausse ses précédentes prédictions du nombre de tempêtes tropicales d’ici fin novembre.

     

    La NOAA estime désormais qu’il y a 60 % de probabilités que la saison des ouragans soit d’une intensité supérieure à la normale, alors qu’en mai ce taux n’était que de 45 %. L’agence prévoit à présent entre 14 et 19 tempêtes tropicales, dont les vents atteignent au moins 63 km/h, contre 11 à 17 précédemment.

     

    Entre cinq et neuf de ces tempêtes pourraient devenir des ouragans. Parmi ceux-ci, deux à cinq pourraient atteindre la catégorie trois, voire plus, sur l’échelle Saffir-Simpson — qui en compte 5 — avec des vents d’au moins 178 km/h.

     

    « Nous entrons maintenant dans le haut de la saison quand la plupart des tempêtes se produisent » dans l’Atlantique Nord, a souligné Gerry Bell, le principal météorologue au Centre de prédiction du climat de la NOAA.

     

    « Les vents et les courants atmosphériques dans la région tropicale de l’Atlantique et des Caraïbes où de nombreuses tempêtes se forment sont très propices à une saison plus active que la normale », a-t-il dit, lors d’une conférence téléphonique.

     

    « Cela s’explique en partie par la faible probabilité d’une réémergence cette année du courant chaud équatorial pacifique El Niño qui en contribuant à un cisaillement des vents désamorce la formation des tempêtes et ouragans », a-t-il expliqué.

     

    Il a aussi cité d’autres facteurs comme une température au-dessus de la normale des eaux dans la zone tropicale de l’Atlantique.

     

    Pour les seules neuf premières semaines de la saison des ouragans, qui s’étend du 1er juin à fin novembre, on compte déjà six tempêtes tropicales.

     

    Pendant une saison normale sur la période de référence 1981 à 2010, on compte en moyenne 12 tempêtes tropicales par an, dont six avec la force d’un ouragan. Parmi celles-ci, trois ont été de grande puissance, allant de la catégorie 3 à 5.

     

    Sur les six tempêtes tropicales de cette saison, une s’était déjà produite en avril, deux en juin, deux en juillet et une en août.

     

    Deux ont atteint les côtes américaines, dont Cindy, qui a frappé le Texas et la Louisiane le 22 juin, apportant de fortes précipitations et provoquant des inondations et de multiples tornades.

     

    Le premier ouragan de la saison 2017 pourrait bien être Franklin, qui pourrait atteindre une puissance cyclonique en atteignant les côtes du Mexique dans la nuit de mercredi à jeudi.

     

    La saison 2016 des ouragans avait été la plus active depuis 2012, avec la formation de 15 tempêtes tropicales, dont sept ouragans parmi lesquels quatre de grande puissance.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.