Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Gaz Métro financé par le Fonds vert

    Une aide de 20 millions octroyée par Québec lui permettra d’étendre son réseau de distribution

    La gestion du Fonds vert a fait l’objet de nombreuses critiques au cours des dernières années.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La gestion du Fonds vert a fait l’objet de nombreuses critiques au cours des dernières années.

    Le gouvernement Couillard vient d’accorder 20 millions de dollars provenant du Fonds vert à Gaz Métro, pour lui permettre d’étendre son réseau de distribution.

     

    Cette subvention à une entreprise qui distribue de plus en plus de gaz de schiste s’inscrit dans le cadre de la « transition énergétique », affirment les libéraux. Il s’agit au contraire d’une décision injustifiée, réplique l’ancien coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques.

     

    Coup sur coup, le gouvernement a annoncé l’octroi d’une « aide financière maximale » de 6,7 millions, puis une autre de 13,2 millions à Gaz Métro. Ces fonds doivent servir à deux projets d’extension du réseau de distribution de gaz naturel, l’un dans la région de Thetford Mines et l’autre en Beauce. En moyenne, Québec paie 75 % de la facture des projets.

     

    Dans les deux cas, le gouvernement est allé puiser dans le Fonds vert pour financer l’installation de nouvelles conduites pour transporter le gaz naturel vers de futurs clients de Gaz Métro. La construction devrait débuter à l’été 2018, selon ce que précise l’entreprise.

     

    « La grande majorité des clients seront commerciaux, industriels ou institutionnels, dans un premier temps », ajoute sa porte-parole, Catherine Houde.

     

    « Nous sommes tous appelés à contribuer à une transition vers une plus grande utilisation d’énergies renouvelables, et le gaz naturel est une avenue énergétique efficace pour nous aider à accélérer cette transition, a fait valoir le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, au moment de l’une des annonces des derniers jours. C’est avec cet objectif en tête que notre gouvernement poursuit ses interventions en vue de favoriser l’extension du réseau de gaz naturel au Québec. »

     

    On ne sait toutefois pas, pour le moment, quels seront les éventuels impacts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

     

    Selon ce que précise le cabinet de M. Arcand, en réponse aux questions du Devoir, le gaz naturel « pourrait jouer un rôle de plus en plus important dans le soutien au développement économique et dans la compétitivité des entreprises québécoises sur la scène internationale ». On ne sait cependant pas, pour le moment, quelles entreprises utiliseront ce gaz.

     

    Décision injustifiée

     

    Pour l’ancien coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques, Normand Mousseau, le gouvernement ne fait tout simplement pas la preuve que ces investissements sont justifiés dans le cadre de son Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

     

    « Nous n’avons pas d’informations pour ces investissements du Fonds vert. Quelles seront les réductions de gaz à effet de serre ? Est-ce que cet investissement de 20 millions aurait été plus efficace ailleurs ? Nous n’avons aucun moyen d’évaluer la pertinence de l’investissement, par rapport aux objectifs du gouvernement », insiste-t-il.

     

    Puisque le Québec espère réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5 % d’ici 2030, M. Mousseau estime d’ailleurs que « la solution n’est pas de passer du mazout au gaz naturel, mais plutôt de passer à l’électricité ».

     

    Selon lui, le fait d’investir des millions dans une extension du réseau de gazoducs est donc une erreur. « On construit une infrastructure qui doit être utilisée pour au moins 50 ou 60 ans, alors que nous devons réduire notre consommation d’énergies fossiles, et donc éventuellement cesser d’utiliser cette infrastructure. »

     

    La gestion du Fonds vert a fait l’objet de nombreuses critiques au cours des dernières années. Des documents du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) ont aussi révélé ce printemps que des centaines de millions y ont été investis, mais en ne générant que de faibles baisses d’émissions de gaz à effet de serre.

     

    Qui plus est, le gouvernement a accordé de l’aide provenant du Fonds vert à la pétrolière Suncor, un important exploitant des sables bitumineux, à Canadoil Forge, qui fabrique des portions de pipelines pour TransCanada, à la multinationale Alcoa, à la minière Arcelor Mittal ou encore à Bombardier.

    Nous n’avons aucun moyen d’évaluer la pertinence de l’investissement, par rapport aux objectifs du gouvernement
    Normand Mousseau, ancien coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques
     

    Gaz de schiste

     

    Par ailleurs, Gaz Métro distribue de plus en plus du gaz « non conventionnel », soit du gaz de schiste ou provenant de « réservoirs étanches ». L’exploitation de ces ressources, qui a soulevé une vive controverse au Québec, nécessite des opérations de fracturation hydraulique.

     

    Est-ce que l’entreprise est en mesure de préciser quelle est la proportion de ce type de gaz naturel dans son réseau ?

     

    « Il n’est pas, à l’heure actuelle, possible de pouvoir le relier à sa source de production et donc, à son procédé d’extraction », indique Catherine Houde. Elle explique qu’il existe « de nombreuses interconnexions en Amérique du Nord sur le réseau gazier ». Il n’est donc pas possible de connaître la « provenance exacte » du gaz qui circule dans le réseau au Québec.

     

    L’entreprise admet toutefois que le gaz de schiste est de plus en plus présent. « Il est possible d’affirmer que, comme il y a de plus en plus de production non traditionnelle de gaz naturel en Amérique du Nord, la proportion de ce type de gaz naturel qui entre au Québec va en augmentant. »

     

    Les prévisions sur la production de gaz naturel provenant de l’Office national de l’énergie et de l’Energy Information Administration, aux États-Unis, indiquent que le gaz de schiste et celui des réservoirs étanches continueront d’augmenter au cours des prochaines années. Il devrait représenter entre 70 % et 90 % de la production d’ici 2035.

     

    Or, l’exploitation de ces ressources « soulève de nombreuses questions environnementales », souligne Normand Mousseau.

     

    Selon différentes études publiées au cours des dernières années, le gaz de schiste pourrait être nettement plus polluant que le gaz naturel conventionnel. L’exploitation par fracturation émet en effet d’importantes quantités de méthane, un gaz à effet de serre qui peut être au moins 30 fois plus puissant que le CO2, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

     

    Outre les impacts climatiques, cette exploitation peut nécessiter jusqu’à 10 millions de litres d’eau pour chaque forage. Certains redoutent aussi la contamination des sols et des eaux souterraines.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.