Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La sixième extinction de masse s'avère plus grave que prévu

    Une aigrette sur la rivière Rapati, dans le parc national népalais de Chitwan, où vivent des espèces menacées comme le tigre du Bengale.
    Photo: Prakash Mathema Agence France-Presse Une aigrette sur la rivière Rapati, dans le parc national népalais de Chitwan, où vivent des espèces menacées comme le tigre du Bengale.

    La sixième extinction de masse de l’histoire de la planète, provoquée par l’activité humaine, est non seulement en marche, mais elle est « plus sévère » que ce qu’on croyait jusqu’à présent. C’est ce que conclut une nouvelle étude scientifique, qui évoque carrément une « annihilation biologique » qui menace directement la civilisation.

     

    Cette étude, publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), en vient à cette conclusion après une vaste analyse de la disparition des espèces vivantes sur Terre.

     

    Les chercheurs ont ainsi étudié 27 600 espèces de vertébrés (mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens), soit environ la moitié des espèces connues, dont plusieurs ne sont pas considérées à l’heure actuelle comme étant en danger de disparition. Ils ont constaté, après analyse de l’évolution de ces populations animales, que pas moins de 32 % d’entre elles accusent des reculs majeurs quant au nombre d’individus, mais aussi quant à la superficie utilisée comme habitat naturel.

     

    En évaluant un échantillon plus restreint de 177 espèces de mammifères, les chercheurs ont constaté que 40 % de celles-ci accusaient un recul de plus de 80 % de leur population, sans compter les contraintes de plus en plus fortes sur leurs habitats, donc sur les milieux naturels.

     

    Extinction rapide

     

    Selon les scientifiques, qui ont déjà publié une étude sur la sixième extinction en 2015, « l’accent mis sur l’extinction des espèces peut donner l’impression que la biodiversité terrestre n’est pas dramatiquement et immédiatement menacée, mais qu’elle entre juste lentement dans un épisode d’érosion majeur, que l’on pourra combattre plus tard ».

     

    Or, pas moins de 30 % des espèces en déclin à l’heure actuelle sont encore considérées comme étant « communes ». « Qu’autant d’espèces communes voient leurs effectifs diminuer est un signe fort de la gravité de l’épisode d’extinction biologique actuel », préviennent les auteurs de l’étude.

     

    Tous les continents du globe sont frappés par cette érosion biologique, notent les scientifiques. Certaines zones sont toutefois davantage affectées, en raison de la richesse de la biodiversité, dont l’Amazonie, l’Asie du Sud-Est et le bassin du Congo, en Afrique.

     

    Selon les chercheurs, ce phénomène de recul sans précédent dans l’histoire de l’humanité peut même être décrit comme une « annihilation biologique » en raison de la sévérité du recul de la biodiversité sur Terre. Et il devrait provoquer « une cascade de conséquences négatives sur le fonctionnement des écosystèmes et sur les services vitaux qu’ils rendent à l’humanité ».

     

    Surpopulation et surconsommation

     

    Plusieurs phénomènes provoqués par l’activité humaine convergent pour aggraver la situation. Les populations animales disparaissent en effet en raison de la destruction de leur habitat, de la chasse, du braconnage, de la pollution, de la compétition avec des espèces invasives et des impacts des bouleversements climatiques.

     

    Les auteurs pointent en outre un phénomène qui suscite de vifs débats dans la communauté scientifique, soit la « surpopulation » humaine, et la surconsommation de ressources qui en découle.

     

    Il est vrai que la vaste majorité des disparitions de populations animales dûment répertoriées depuis 1500 ont eu lieu depuis 1900. Cette très brève période de l’histoire a été marquée par une croissance sans précédent de la population mondiale, qui va de pair avec une hausse significative de la consommation et de la destruction des milieux naturels.

     

    Chaque année, le monde consomme des ressources qui équivalent à 150 % de ce que la planète est en mesure de produire sur une base annuelle. Si tous les humains consommaient comme les Canadiens, il nous faudrait l’équivalent de trois planètes et demie pour assurer notre subsistance.

     

    Le nouveau signal d’alarme scientifique publié lundi, qui témoigne du « peu de temps » qu’il reste pour agir, s’ajoute à d’autres analyses qui ont fait état de l’accélération de la destruction de la biodiversité sur Terre. Globalement, pas moins de 60 % des populations de vertébrés auraient disparu entre 1970 et 2012, selon des données publiées en octobre 2016 par la Société zoologique de Londres. D’ici 2020, cette perte pourrait atteindre 67 %.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.