Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Desjardins finance Trans Mountain avant de décréter un moratoire sur les projets de pipeline

    Les institutions financières présentes au Québec ont toutes accepté de participer au financement du projet de la pétrolière Kinder Morgan, qui reliera l’Alberta à la côte Pacifique, dans la région de Vancouver.
    Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Les institutions financières présentes au Québec ont toutes accepté de participer au financement du projet de la pétrolière Kinder Morgan, qui reliera l’Alberta à la côte Pacifique, dans la région de Vancouver.

    Après avoir accordé un prêt de 145 millions de dollars à la pétrolière Kinder Morgan pour la construction du controversé pipeline Trans Mountain, le Mouvement Desjardins vient de décider de décréter un moratoire temporaire sur le financement de projets similaires, a appris Le Devoir.

     

    Afin de financer la construction du projet d’expansion Trans Mountain, qui permettra de transporter chaque jour 890 000 barils de pétrole des sables bitumineux, Kinder Morgan a sollicité plusieurs grandes institutions financières canadiennes. L’objectif était de récolter pas moins de 5,5 milliards de dollars, essentiellement sous forme de prêts.

     

    Les institutions présentes au Québec ont toutes accepté de participer au financement du projet de la pétrolière texane, qui reliera l’Alberta à la côte Pacifique, dans la région de Vancouver. La RBC (Banque Royale), la BMO, la Banque Nationale, la TD et HSBC ont ainsi accordé un financement totalisant 1,6 milliard pour ce projet.

     

    Quant au Mouvement Desjardins, il a accordé un prêt de 145 millions de dollars, selon ce qu’on peut lire dans des documents financiers préparés par Kinder Morgan. Contacté plus tôt cette semaine, le porte-parole de Desjardins, Jacques Bouchard, a précisé qu’il s’agissait du montant maximal qui sera prêté à la multinationale. « Desjardins est impliqué dans quelques projets de financement dans l’Ouest canadien, a-t-il ajouté. Ce type de financement, dans lequel nous faisons toujours partie des montages financiers dans de très faibles proportions, vise à maintenir une saine gestion du risque propre à un portefeuille balancé. »

     

    Le projet Trans Mountain fait toutefois face à une très vive opposition en Colombie-Britannique. Pas moins d’une dizaine de recours judiciaires ont été entamés contre l’Office national de l’énergie, qui a recommandé l’approbation du projet, mais aussi contre le gouvernement fédéral, qui a approuvé le projet en novembre 2016. Plusieurs Premières Nations en font partie.

     

    Qui plus est, la Ville de Vancouver s’y oppose, mais aussi celle de Burnaby, où doit aboutir le pétrole albertain, avant d’être exporté par bateaux. Sans oublier que le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique est hostile à la décision des libéraux de Justin Trudeau. Enfin, l’augmentation du trafic pétrolier maritime menace directement un milieu naturel sensible, dont une population d’épaulards en voie de disparition.

     

    Dans ce contexte, pourquoi est-ce que Desjardins a décidé de financer le projet de l’entreprise américaine Kinder Morgan ? « En tant qu’institution financière coopérative, Desjardins prend des décisions alignées sur l’intérêt de ses membres, clients et collectivités en prenant en compte l’ensemble des facteurs de risque qui varient selon l’évolution de la société et des marchés financiers », a fait valoir M. Bouchard, dans une réponse transmise par écrit, mercredi.

     

    Selon ce qu’il a précisé, Desjardins est « sensible » à la controverse entourant ce type de projet « et est fermement engagé depuis plusieurs années dans la transition vers une économie à faibles émissions de carbone ». Il a ainsi souligné que l’institution finance la recherche universitaire et offre des produits financiers « responsables », en plus d’intégrer « des principes du développement durable dans ses pratiques de gestion ».

     

    Moratoire

     

    Le porte-parole Jacques Bouchard a par la suite contacté Le Devoir vendredi après-midi pour annoncer que le Mouvement Desjardins a décidé de décréter un « moratoire » sur le financement de tout nouveau projet de pipeline, mais sans nommer de projet précis. Ce moratoire exclut cependant l’engagement déjà pris pour le projet de Kinder Morgan, dont la construction doit débuter en septembre.

     

    Selon ce qu’il a expliqué, la décision de décréter un moratoire a été prise « au cours des derniers jours ». Elle doit permettre à Desjardins d’« évaluer » ce type de situation, dans le but de mettre en place « cet automne » un « plan pour coordonner le financement des projets de pipelines ». « À partir du moment où nous aurons une politique globale harmonisée, nous pourrons aller de l’avant », a-t-il ajouté, sans plus de précision.

     

    Le Devoir a par ailleurs contacté la RBC, la BMO, la Banque Nationale, la TD et HSBC afin de savoir pourquoi ces banques avaient décidé de financer la construction du controversé pipeline d’exportation. « Nous convenons que le développement et le transport des ressources énergétiques suscitent une diversité d’opinions. RBC appuie le développement de méthodes écologiques de développement, de production et de transport des ressources énergétiques, et participe à ce projet susceptible d’être profitable à l’économie et au marché du travail du Canada », a répondu la Banque Royale.

     

    « Nous comprenons et reconnaissons les différents points de vue au sujet du développement énergétique », a indiqué la TD, sans plus de commentaires. La Banque Nationale a pour sa part refusé de commenter, tandis que la BMO et HSBC n’ont pas répondu aux demandes du Devoir.

     

    Spécialiste de l’économie des ressources naturelles, Jean-Thomas Bernard estime que les institutions financières ne prennent pas de risque financier important en soutenant le projet de Kinder Morgan. Dans le pire des cas, elles pourraient devoir composer avec « un certain risque pour leur image auprès de leurs clients ».

     

    Gaz à effet de serre

     

    Olivier Gamache, du Groupe d’investissement responsable, ne s’étonne pas non plus de voir les institutions financières prêter des centaines de millions de dollars à la pétrolière texane, en raison de l’importance du secteur des énergies fossiles dans l’économie canadienne. Mais selon lui, il ne faudrait pas perdre de vue « le rôle social » que ces institutions devraient jouer dans la « transition » vers une économie moins émettrice de gaz à effet de serre.

     

    La banque néerlandaise ING a d’ailleurs annoncé récemment qu’elle ne financerait aucun projet de pipeline au Canada, comme Trans Mountain, mais aussi Keystone XL et Énergie Est, de TransCanada.

     

    Dans ce contexte, Greenpeace presse le Mouvement Desjardins de mettre fin définitivement au financement de projets liés à l’exploitation du pétrole albertain. « Les pipelines de sables bitumineux posent des risques majeurs, que vous soyez préoccupés par les rendements financiers, les droits de la personne ou l’environnement, a soutenu son porte-parole, Patrick Bonin. Desjardins a pris la bonne décision en annonçant un moratoire sur tout projet d’investissement ou de financement d’oléoducs et nous souhaitons qu’il devienne rapidement permanent. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.