Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Protection

    Le difficile retour de la morue

    Les bancs tardent à se reconstituer au large de Terre-Neuve

    Des chercheurs se sont intéressés à l’évolution de la population de morues du nord-ouest de l’Atlantique, soit celle qui était jadis largement surpêchée au large de Terre-Neuve-et-Labrador.
    Photo: iStock Des chercheurs se sont intéressés à l’évolution de la population de morues du nord-ouest de l’Atlantique, soit celle qui était jadis largement surpêchée au large de Terre-Neuve-et-Labrador.

    Plus de 25 ans après le moratoire décrété sur la pêche commerciale à la morue, les stocks de ce poisson jadis très abondant tardent toujours à se reconstituer, malgré certains signaux positifs, dans un écosystème qui a subi d’importants bouleversements en raison de l’activité humaine.

     

    Dans le cadre d’une étude publiée mercredi dans Royal Society Open Science, des chercheurs se sont intéressés à l’évolution de la population de morues du nord-ouest de l’Atlantique, soit celle qui était jadis largement surpêchée au large de Terre-Neuve-et-Labrador.

     

    Selon les données présentées dans le document, cette population aurait augmenté depuis le moratoire décrété en 1992 en raison de l’effondrement complet des stocks. Mais la morue a globalement regagné à peine « 17 % de la biomasse » qui a été « perdue » en raison des décennies de pêche commerciale intensive.

     

    Il est donc manifestement trop tôt pour évoquer un « retour » de la morue, selon Andrew Gonzalez, coauteur de l’étude, spécialiste de la biodiversité et professeur à l’Université McGill. Il estime ainsi que la croissance post-moratoire demeure « faible », tout en soulignant toutefois des « signaux encourageants » depuis quelques années.

    Photo: Pêches et Océans Canada Les différentes populations de morues de l'est du Canada
     

    Avenir incertain

     

    « Ce n’est pas suffisant pour rouvrir les pêches », insiste le professeur Gonzalez. Et il est pour ainsi dire impossible de savoir quand une telle activité pourrait être relancée durablement, en raison des incertitudes sur la courbe de croissance. « Il y a des signaux intéressants, mais comme les conditions de l’écosystème ont changé, c’est très difficile d’extrapoler les données actuelles pour les années à venir », résume le chercheur, qui signe cette étude avec 12 autres scientifiques.

     

    Leurs travaux ont ainsi permis de préciser l’impact que la quasi-disparition de la morue a eu sur l’ensemble de la communauté d’espèces de poissons, donc sur toute la chaîne alimentaire sous-marine. Certaines espèces ont alors pris, dans une certaine mesure, la place occupée jadis par la morue, dont le flétan et le sébaste.

     

    « L’écosystème se restructure, parce que les proies changent, mais aussi parce que la disparition de la morue laisse l’occasion, pour d’autres espèces de poissons de fonds, de prendre davantage de place, explique Andrew Gonzalez. L’état de l’écosystème n’est plus ce qu’il était dans les années 1990, au moment où on a constaté l’effondrement. C’est donc plus compliqué pour les morues. »

     

    Autre bouleversement majeur, le réchauffement climatique semble avoir un impact sur l’habitat de la morue, qui fréquente les eaux très froides. La population de la région de Terre-Neuve-et-Labrador se concentre ainsi désormais davantage dans un secteur plus restreint de cette région maritime, alors que les scientifiques ne constatent pas de véritable croissance dans d’autres secteurs, où l’eau s’est globalement réchauffée depuis 25 ans.

     

    Autant de signaux qui indiquent à M. Gonzalez qu’il faut être très « prudents » avant d’envisager un retour des pêches commerciales. Un son de cloche qui vaut aussi pour les deux populations de morues du golfe du Saint-Laurent. Celle du nord du golfe est pêchée, quoique nettement plus modestement que par le passé. Mais la population du sud, elle, demeure encore au plus bas. Dans tous les cas, la morue est classée « en voie de disparition » par le gouvernement fédéral.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.