Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La mort de trois baleines noires dans le Saint-Laurent inquiète les scientifiques

    Ces trois carcasses s’ajoutent à trois autres baleines noires retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent au cours de l’été 2015.
    Photo: Alexandre Shields Le Devoir Ces trois carcasses s’ajoutent à trois autres baleines noires retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent au cours de l’été 2015.

    Phénomène pour le moins inhabituel dans les eaux du golfe du Saint-Laurent. Trois baleines noires mortes ont été signalées dans le même secteur au cours des derniers jours. Une situation qui inquiète les spécialistes de cette espèce en voie de disparition, en plus de soulever de sérieuses questions scientifiques sur les causes de ces morts.

     

    « Il s’agit d’un niveau de mortalité considérable pour une si petite population. C’est très inhabituel », souligne Moira Brown, une scientifique qui étudie les baleines noires depuis plus de 30 ans et dont les recherches ont mené à l’établissement des mesures de protection qui ont probablement sauvé l’espèce de l’extinction.

     

    Il faut dire qu’il existe tout au plus 525 baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce menacée dont tous les individus sont connus, qui vit habituellement le long de la côte est américaine et qu’on observe l’été entre Cape Cod et la baie de Fundy. Les observations dans le Saint-Laurent sont d’ailleurs relativement rares, quoiqu’en augmentation depuis quelques années.

     

    Qui plus est, on recense en moyenne moins de trois carcasses chaque année pour l’ensemble de la population, rappelle Véronique Lesage, spécialiste des mammifères marins à Pêches et Océans Canada. Les trois baleines mortes observées entre le Nouveau-Brunswick et les îles de la Madeleine surpassent donc déjà cette moyenne annuelle, alors que la saison estivale débute à peine. Elles s’ajoutent également à trois autres baleines noires retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent au cours de l’été 2015, précise Mme Brown.

     

    Baleines recherchées

     

    En plus d’inquiéter les scientifiques, ces nouvelles morts ont déclenché une opération de recherche canado-américaine, dans le but de localiser les carcasses, qui dérivent actuellement loin au large et sont donc difficiles d’accès pour les chercheurs.

     

    Pêches et Océans Canada confirme que des patrouilles aériennes ont été menées et qu’elles doivent se poursuivre ce jeudi. « Nous mobilisons actuellement des ressources afin de nous rendre jusqu’aux baleines, précise le ministère fédéral. Une fois localisées, les carcasses seront évaluées et des prélèvements seront effectués afin de tenter de déterminer la cause de décès. Des appareils de repérage par satellite seront attachés aux carcasses afin de pouvoir en suivre la dérive. Il est trop tôt pour déterminer si les carcasses peuvent être récupérées pour effectuer une nécropsie. »

     
    Photo: Pêches et Océans Canada Carte de l'aire de répartition historique de la baleine noire de l'Atlantique nord

    Moira Brown indique pour sa part que l’Agence météorologique et océanique américaine (NOAA) devrait elle aussi effectuer des survols aériens dans ce secteur du golfe dès jeudi. L’objectif des chercheurs est notamment de pouvoir obtenir davantage de photos des animaux, afin de pouvoir déterminer s’ils portent des marques de collision avec un navire ou d’empêtrement dans un engin de pêche.

     

    La baleine noire est en effet une espèce particulièrement vulnérable aux empêtrements, mais aussi aux collisions avec les navires, puisqu’elle nage lentement et demeure longtemps en surface. Le problème est tel que, depuis que Moira Brown a convaincu l’industrie maritime de déplacer les routes de navigation au large de Boston et dans la baie de Fundy pour éviter des secteurs de forte concentration de ces cétacés, la population est passée de 400 à 525.

     

    Mystères dans le golfe

     

    Reste que la présence accrue de la baleine noire dans le Saint-Laurent est un phénomène relativement récent et encore difficile à expliquer, selon Véronique Lesage. Un phénomène qui pourrait être lié à la quête de nourriture alors que ces cétacés semblent avoir pratiquement déserté une partie de leur habitat estival historique, notamment la baie de Fundy.

     

    Si la tendance se maintient, cela risque de soulever des enjeux pour la navigation dans certains secteurs du golfe. Cette situation pourrait en outre impliquer un accroissement des efforts de recherche sur l’espèce au cours des prochaines années au Canada. Des travaux sont d’ailleurs déjà en cours, fait valoir Mme Lesage.

     

    Pour ce qui est de déterminer les causes des décès, la tâche pourrait s’avérer pour le moins ardue. En 2015, malgré une nécropsie réalisée sur une des trois baleines mortes dans le golfe, les scientifiques n’ont jamais pu déterminer la moindre cause de décès. D’où l’importance de pouvoir recueillir rapidement des informations au cours des prochains jours, insiste Moira Brown.

    Qu’est-ce que la baleine noire de l’Atlantique Nord? Cette baleine peut atteindre une taille de 18 mètres, pour un poids de plus de 60 tonnes. Chaque individu est reconnaissable par les taches blanches uniques qu’il porte sur la tête, appelées callosités. Il s’agit d’une espèce qui se nourrit essentiellement de copépodes, qu’elle filtre à l’aide de ses fanons.

    La baleine noire, appelée « Right whale » en anglais, a été décimée par des siècles de chasse commerciale. Elle était une cible privilégiée pour les baleiniers, puisqu’elle flotte une fois morte et qu’elle fournit une bonne quantité de graisse, cette matière qui était fondue pour produire de l’huile.

    Cette espèce est inscrite sur la Liste des espèces en péril au Canada. Elle est classée « en voie de disparition », soit le statut le plus sévère.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.