Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le bien-fondé du retrait des sables bitumineux de l’Alberta

    19 juin 2017 | Gordon Laxer - Directeur fondateur de l’Institut Parkland à l’Université de l’Alberta et auteur de «After the Sands» | Actualités sur l'environnement
    Le bitume est un produit marginal, d’un coût de revient élevé et qui se vend généralement moins cher en raison de sa qualité inférieure.
    Photo: iStock Le bitume est un produit marginal, d’un coût de revient élevé et qui se vend généralement moins cher en raison de sa qualité inférieure.

    Pourquoi augmenter la capacité de transport des oléoducs ou proposer de nouveaux projets comme celui du pipeline Énergie Est de TransCanada alors que le développement des sables bitumineux se dirige tout droit dans le mur ? Total ASA, le plus grand groupe pétrolier français s’est retiré des sables bitumineux de l’Alberta et se concentrera désormais sur l’exploitation de pétrole moins cher et à faible taux d’émission. Son retrait a provoqué une déferlante. Royal Dutch Shell ainsi que Marathon Oil Corporation et ConocoPhillips, deux entreprises de Houston, ont liquidé en mars des investissements majeurs dans les sables bitumineux. Le géant norvégien Statoil s’est retiré complètement, enregistrant des pertes considérables. BP et Chevron examinent également des scénarios de retrait.

     

    La valeur des investissements dans les sables bitumineux a chuté radicalement depuis l’effondrement des prix du pétrole en 2014. Dix-sept grands projets de sables bitumineux ont été suspendus ou annulés et il n’existe actuellement aucun plan d’envergure visant à accroître la production de cette industrie après 2019.

     

    Le bitume est un produit marginal, d’un coût de revient élevé et qui se vend généralement moins cher en raison de sa qualité inférieure. Sa viscosité est particulièrement élevée et il affiche une haute teneur en soufre et un taux élevé d’émissions de carbone. De plus, ses coûts de raffinage et de transport sont plus élevés que ceux du pétrole conventionnel. La construction du pipeline Énergie Est n’y changera rien. Jeff Rubin, ancien économiste principal chez CIBC, affirme qu’après les gisements de l’Arctique, l’exploitation des sables bitumineux s’avère la plus coûteuse au monde. « En raison de la faiblesse des cours internationaux du pétrole, il se pourrait qu’aucune institution canadienne ne veuille désormais financer de nouveaux projets de sables bitumineux », a conclu Rubin.

     

    Abandon progressif

     

    Devrions-nous souhaiter un autre boom en Alberta ou plutôt considérer positivement un abandon progressif des sables bitumineux ainsi que la transition vers un avenir plus sobre en carbone ? Ce serait non seulement bon pour les Albertains et les Québécois, mais pour toute l’humanité. Le premier ministre Trudeau l’a reconnu quand il a dit en janvier que nous ne pouvions fermer les sables bitumineux demain matin. Nous devons y mettre un terme progressivement.

     

    Attendrons-nous que le marché provoque une fermeture brutale des sables bitumineux ou préférons-nous que les gouvernements fédéral et albertain gèrent de façon proactive une transition susceptible d’assurer un atterrissage en douceur à cette industrie et aux travailleurs qui ont afflué de partout au Canada pour travailler à Fort McMurray ? Ces travailleurs devraient plutôt être redirigés dans des secteurs qui permettront de diminuer fortement notre gaspillage énergétique et de développer une offre concurrentielle d’énergies renouvelables.

     

    Les grands groupes pétroliers et les grands banquiers commencent à écrire l’avenir même si leurs motivations sont liées davantage à des impératifs économiques plutôt qu’à une volonté de sauver la planète. Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre, prévient que les changements climatiques, les politiques gouvernementales et la technologie constituent des risques importants pour la stabilité financière en raison de la perte potentielle de la valeur des sociétés pétrolières, gazières et houillères. Leurs réserves pourraient être abandonnées ou devenir obsolètes. Toutes les entreprises devraient divulguer les émissions de carbone liées à leurs actifs et dresser un plan de transition vers une société à zéro consommation énergétique nette, soutient-il.

     

    Réduction des GES

     

    Tous les gouvernements au Canada refusent d’envisager un avenir faible en carbone. Les systèmes de plafonnement, les taxes sur le carbone et les codes du bâtiment imposant des mesures plus sévères font certes partie des stratégies de réduction de l’empreinte carbone au Canada. Mais personne n’ose parler de l’« éléphant dans la pièce », soit les émissions attribuables à la production de pétrole et de gaz naturel.

     

    Ils sont des sources d’émissions dont la croissance est la plus rapide et la plus importante au Canada, particulièrement en raison de l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta. Leur croissance empêchera probablement le Canada d’honorer ses modestes engagements, signés à Paris en 2015, de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2030. La croissance de ces émissions risque également d’anéantir les chances du Canada de respecter les engagements qu’il a pris devant les pays du G8 de réduire d’ici à 2050 ses émissions de 80 % par rapport aux niveaux de 1990.

     

    Comment peut-on augmenter notre plus importante source d’émissions de GES tout en prétendant réduire substantiellement nos émissions globales ? C’est impossible. Pourtant, le plan canadien de lutte contre les changements climatiques approuvé par Ottawa, le Québec, l’Alberta et six autres provinces appuie la croissance rapide des émissions provenant de la production de pétrole et de gaz naturel. Les émissions qui y sont liées ont plus que quadruplé depuis 1990 et représentent maintenant 26 % des émissions totales du Canada, soit plus que les émissions liées au transport.

     

    C’est maintenant qu’il faut amorcer progressivement la sortie des sables bitumineux. Il est beaucoup plus difficile de stopper une lancée économique que d’aider des travailleurs déjà déplacés à sortir d’une industrie en déclin.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.