Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Sauvetage sans précédent d’un jeune béluga en cavale

    L’animal coincé dans une rivière du Nouveau-Brunswick a été réintroduit dans le Saint-Laurent

    Les bélugas sont des animaux sociaux, qui vivent donc en groupes, une composante essentielle à leur survie.
    Photo: Source GREMM Les bélugas sont des animaux sociaux, qui vivent donc en groupes, une composante essentielle à leur survie.

    Une opération de sauvetage d’une ampleur sans précédent a mobilisé des dizaines de personnes jeudi, dans le but de rapatrier un béluga du Saint-Laurent dans son milieu naturel. L’animal, qui s’était retrouvé coincé dans une rivière du Nouveau-Brunswick, a même été transporté par avion, avant sa réintroduction dans le Saint-Laurent en début de soirée.

     

    Le béluga, qui nageait depuis plusieurs jours dans la rivière Nepisiguit, près de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, a d’abord été capturé à l’aide de filets disposés dans le cours d’eau, puis sorti de l’eau. Il a ensuite été transporté jusqu’à l’aéroport le plus près, pour être placé à bord d’un avion nolisé pour l’occasion.

     

    Il a ainsi été transporté jusqu’à Rivière-du-Loup, avant d’être placé à bord d’un camion pour rejoindre le port de Cacouna.

     

    C’est là que l’animal a été déplacé à bord d’un bateau du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

     

    C’est cet organisme, qui étudie l’espèce depuis plus de 30 ans, qui devait naviguer sur le Saint-Laurent afin de trouver un groupe de bélugas pour y relâcher le jeune cétacé, âgé d’environ au plus trois ans. Il faut savoir que les bélugas sont des animaux sociaux, qui vivent donc en groupes, une composante essentielle à leur survie. Et sans une intervention humaine, tout indique que cet animal était condamné.

    Photo: WSP Le béluga a été placé à bord d'un avion au Nouveau-Brunswick, pour être transporté jusqu'à Rivière-du-Loup.
     

    Le GREMM a confirmé que l’animal a été remis à l’eau, dans son habitat naturel, aux environs de 17 h jeudi. L’organisme n’a toutefois pas offert davantage de commentaires, puisque les scientifiques continuaient de suivre l’animal en soirée.

     

    Opération risquée

     

    Preuve de l’ampleur de la tâche, des experts de Pêches et Océans Canada ont été mobilisés pour l’occasion, mais aussi du personnel de l’Aquarium de Vancouver, du Shedd Aquarium de Chicago, du GREMM et de la Marine Animal Response Society, l’organisme responsable des interventions pour les mammifères marins échoués ou en difficulté pour les provinces maritimes.

    Tout le monde s’entend pour dire que cette opération est risquée, mais nous avons une volonté de trouver des outils pour améliorer la situation de la population
    Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM
     

    Une telle opération n’a jamais été tentée pour un béluga du Saint-Laurent. L’été dernier, un béluga naissant retrouvé échoué avait certes été relocalisé, mais l’animal s’était échoué près de Rivière-du-Loup. Il avait simplement été remis à l’eau après une opération, délicate elle aussi.

     

    Or, cette fois, on parlait de capturer un plus gros béluga, de le transporter jusqu’au Québec, puis de le relâcher dans le Saint-Laurent.

     

    « Tout le monde s’entend pour dire que cette opération est risquée, mais nous avons une volonté de trouver des outils pour améliorer la situation de la population. Et cet animal nous offre la possibilité d’évaluer ce type de situation », expliquait récemment au Devoir Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM.

     

    Il rappelait ainsi que cet animal provient d’une population « en déclin », qui est par ailleurs considérée comme « en voie de disparition », selon la Loi canadienne sur les espèces en péril.

     

    Dans ce contexte, chaque béluga compte, puisqu’ils seraient désormais moins de 900 au Québec.

     

    Le gouvernement du Québec compte commander une étude sur la cohabitation entre le béluga du Saint-Laurent et le « développement économique », révélait récemment Le Devoir.

     

    Le cabinet du ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, souhaite ainsi en savoir plus sur les possibilités de cohabitation entre le béluga et le développement industriel du Saint-Laurent. Québec mise en effet beaucoup sur ce développement dans le cadre de sa Stratégie maritime.

     

    Voyez le béluga lorsqu’il nageait dans la rivière Nepisiguit, près de Bathurst :
     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.