Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Plus de 100 millions par année pour la restauration des sites miniers abandonnés

    Le passif environnemental minier du Québec pourrait dépasser le milliard de dollars

    La mine Jeffrey, à Asbestos, a été fermée en 2012.
    Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne La mine Jeffrey, à Asbestos, a été fermée en 2012.

    Le cabinet du ministre Pierre Arcand confirme qu’il multipliera pratiquement par dix ses dépenses annuelles dans la restauration des sites miniers abandonnés, de façon à respecter ses objectifs des cinq prochaines années. La moyenne dépassera ainsi les 100 millions de dollars investis chaque année.

     

    Selon ce qu’a précisé au Devoir le bureau du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec prévoit dépenser dès cette année 115,7 millions de dollars pour la restauration des 499 sites miniers dont il a la charge. Il s’agit d’une hausse substantielle par rapport à l’an dernier, alors que les fonds publics consacrés à ces travaux atteignaient 18,8 millions de dollars.

     

    Mais surtout, le gouvernement Couillard entend maintenir la cadence pour au moins les cinq prochaines années, puisqu’il investira en moyenne de plus de 110 millions de dollars par année, d’ici 2022. Le sommet devrait d’ailleurs être atteint au cours de l’année financière 2021-2022, avec des dépenses prévues de 123,6 millions de dollars.

     

    Montant à réviser

     

    Ce portrait détaillé fourni à la demande du Devoir est plus complet que celui qui avait été précédemment transmis par le ministère. Ce dernier indiquait toutefois que depuis 10 ans, le gouvernement a déjà dépensé 152,7 millions dans la restauration des sites miniers abandonnés. Il s’agit d’une moyenne annuelle de près de 15 millions.

     

    L’attachée de presse du ministre Arcand, Véronique Normandin, a par ailleurs précisé que le plan de restauration « fait l’objet d’une mise à jour annuelle », et ce, « afin de tenir compte des impondérables qui sont inévitables dans ce domaine » et de réévaluer les sommes nécessaires pour réaliser les travaux.

     

    En plus du montant prévu de 620 millions de dollars, Québec a d’ailleurs inscrit un montant de « contingence » de 221 millions dans son plan de travail, afin de faire face à des dépenses supplémentaires d’ici 2022.

     

    499 sites

     

    Il faut dire que le gouvernement a hérité d’un important héritage toxique au fil des ans, dans plusieurs cas en raison de la faillite de l’entreprise qui en était propriétaire.

     

    Des 499 sites dont les contribuables doivent assumer la facture de nettoyage, 263 sont des sites d’exploration minière, tandis que 230 sont des sites d’exploitation minière. Certains ont déjà été restaurés au cours des dernières années, mais certains constituent toujours un véritable boulet financier.

     

    C’est le cas du site « Principale », une ancienne mine d’or et de cuivre située près de Chibougamau et qui a été exploitée pendant plusieurs décennies. Son propriétaire, Ressources Campbell, a déclaré faillite en 2010, si bien ce site est désormais à la charge de l’État québécois. On estime que la facture totale devrait atteindre 167 millions de dollars.

     

    Au 31 mars 2016, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles avait inscrit aux comptes publics une somme de 1,22 milliard de dollars à titre de passif environnemental minier, dont 803,4 millions pour les sites miniers actuellement abandonnés et 418,3 millions pour les sites miniers où le ministère pourrait avoir à agir, étant donné le statut financier précaire des propriétaires.

     

    Selon les prévisions du gouvernement, des travaux seront nécessaires au moins jusqu’en 2027 pour venir à bout des opérations de restauration en cours.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.