Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    L’ONE doit évaluer le transport pétrolier imputable à Énergie Est, dit le fédéral

    Énergie Est devrait entraîner une augmentation du trafic pétrolier dans les eaux de l’Est canadien, notamment dans la baie de Fundy.
    Photo: iStock Énergie Est devrait entraîner une augmentation du trafic pétrolier dans les eaux de l’Est canadien, notamment dans la baie de Fundy.

    Le gouvernement fédéral juge que l’Office national de l’énergie (ONE) doit évaluer les impacts de la hausse du trafic pétrolier maritime qui découlera de la construction du pipeline Énergie Est, de TransCanada. Un avis que ne partage pas la pétrolière Irving, qui souhaiterait construire le port d’exportation pour ce pétrole des sables bitumineux.

     

    Ressources naturelles Canada a fait parvenir une lettre de commentaires à l’ONE, en réponse à la décision de l’organisme de revoir les enjeux qui seront abordés dans le cadre de l’évaluation du pipeline Énergie Est. Cette lettre fait d’ailleurs partie de quelque 800 commentaires reçus par l’ONE au cours des dernières semaines.

     

    Selon ce qu’on peut lire dans le document de Ressources naturelles Canada, le gouvernement fédéral « appuie l’inclusion des effets environnementaux » du transport maritime de pétrole brut qui découlera du projet de pipeline. La lettre précise ainsi que cet élément « fait partie intégrante du projet » de TransCanada.

     

    Hausse du transport

     

    Il faut dire que, pour le moment, ce pipeline est conçu principalement en vue de l’exportation. Selon des données préliminaires, quelque 80 % du pétrole transporté chaque jour depuis l’Alberta serait directement exporté, soit environ 900 000 barils.

     

    Pour mettre en place un tel projet d’exportation — plus imposant que Trans Mountain, de Kinder Morgan, sur la côte ouest —, il est prévu de construire un terminal maritime d’exportation à Saint John, au Nouveau-Brunswick. Ce port, construit par Irving, serait assez important pour charger chaque année entre 230 et 280 pétroliers, qui exporteraient ce pétrole vers les États-Unis, l’Europe et l’Inde.

     

    Cela signifie que le trafic pétrolier devrait augmenter dans les eaux de l’Est canadien, notamment dans la baie de Fundy. Cet écosystème est à la base d’une importante industrie de la pêche, en plus de celle du tourisme. Et la baie constitue un habitat critique pour une espèce classée « en voie de disparition » au Canada, soit la baleine noire.

     

    Cette situation offrirait par ailleurs tout un contraste avec celle qui prévaut sur la côte ouest canadienne. En mai, le gouvernement a en effet annoncé son intention d’interdire le transport de brut sur toute la portion nord de la côte de la Colombie-Britannique.

     

    Non nécessaire

     

    Dans une lettre également transmise à l’ONE, la pétrolière Irving estime pour sa part que l’inclusion de la question du transport pétrolier maritime dans l’étude d’Énergie Est ne serait peut-être pas nécessaire, puisque cet enjeu est déjà abordé dans le cadre d’un processus nommé TERMPOL, mené sous l’égide de Transports Canada.

     

    Fait à noter, dans sa lettre, Ressources naturelles Canada estime au contraire que la prise en compte du transport maritime par l’ONE « compléterait » le travail du comité TERMPOL.

     

    Gaz à effet de serre

     

    Irving profite par ailleurs de sa lettre de commentaires envoyée à l’ONE pour faire valoir que l’organisme n’a pas besoin d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées au raffinage et à la combustion du pétrole des sables bitumineux qui sera transporté par le pipeline Énergie Est.

     

    Selon la pétrolière, ces émissions dites « en aval » demeureront « relativement similaires » si les raffineries s’approvisionnent avec le pétrole des sables bitumineux transporté par Énergie Est ou si elles continuent de s’alimenter à leurs sources actuelles de brut, notamment le pétrole conventionnel qui est actuellement importé.

     

    Dans le cas d’Irving, elle a déjà convenu d’une « entente » avec TransCanada dans le but d’acquérir chaque jour 50 000 barils de brut transporté par Énergie Est. Quant aux deux raffineries situées au Québec, soit celle de Suncor et celle de Valero, elles devraient être reliées au futur pipeline. On ne sait toutefois pas si elles achèteront du pétrole des sables bitumineux, ni quelle quantité.

     

    Irving n’est pas la première pétrolière à remettre en question l’idée d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées à Énergie Est. Dans une lettre transmise uniquement en anglais à l’ONE, TransCanada affirme que cette évaluation « serait complètement redondante et inutile », puisque le gouvernement fédéral s’est déjà engagé à évaluer cet enjeu.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.