Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Hydrocarbures Anticosti n’a pas eu les autorisations nécessaires d’Ottawa

    Les travaux de Pétrolia prévoient de puiser de l’eau dans trois rivières de l’île, et de rejeter les eaux de fracturation directement dans le golfe du Saint-Laurent.
    Photo: Pierre Lahoud Les travaux de Pétrolia prévoient de puiser de l’eau dans trois rivières de l’île, et de rejeter les eaux de fracturation directement dans le golfe du Saint-Laurent.

    Alors que le gouvernement Couillard s’apprête à débourser des millions de dollars pour mettre fin au contrat d’Hydrocarbures Anticosti, l’entreprise qui dirige le projet n’a toujours pas obtenu les autorisations fédérales nécessaires pour poursuivre les travaux d’exploration, a appris Le Devoir. Et rien ne garantit qu’elle les obtiendra un jour, ce qui bloquerait complètement les forages à venir.

     

    Afin de réaliser les trois forages avec fracturation qui étaient prévus cette année sur l’île, la société en commandite Hydrocarbures Anticosti, dont Québec est le principal bailleur de fonds, est obligée d’obtenir des autorisations environnementales du gouvernement fédéral.

     

    Une demande a donc été déposée il y a quelques mois, en vue des travaux qui seraient menés par Pétrolia. Ceux-ci prévoient de puiser de l’eau dans trois rivières de l’île, mais aussi de rejeter les eaux de fracturation directement dans le golfe du Saint-Laurent, après les avoir traitées sur place.

     

    Le hic, c’est que le fédéral n’a toujours pas accordé les autorisations essentielles pour poursuivre le controversé projet d’exploration pétrolière. « L’analyse du projet est en cours. Aucune décision n’a été prise pour le moment », affirme Pêches et Océans Canada.

     

    Le ministère précise ainsi qu’il est responsable de certaines dispositions de la Loi sur les pêches, « qui interdit d’exploiter tout travail ou entreprise qui pourrait entraîner des dommages sérieux à l’habitat du poisson ». Cela signifie qu’il analyse notamment la question des rejets d’eaux de fracturation, qui peuvent justement contenir des substances toxiques. Il peut aussi tenir compte des impacts possibles du prélèvement de millions de litres d’eau dans la rivière Jupiter, une rivière à saumon.

     

    Environnement Canada

     

    Pêches et Océans indique en outre qu’il pourrait décider de refuser de délivrer l’autorisation réclamée. Mais même s’il répondait à la demande d’Hydrocarbures Anticosti, l’entreprise devrait se conformer à des dispositions de la Loi sur les pêches qui sont de la compétence d’Environnement Canada. Celles-ci prévoient qu’il est formellement interdit de déverser des « substances nocives dans les eaux où vivent les poissons ». Dans ce cas-ci, l’analyse porterait donc principalement sur le rejet des eaux de fracturation, une fois traitées sur place, dans le golfe du Saint-Laurent.

     

    Or, après vérifications auprès d’Environnement Canada, le ministère fédéral souligne d’abord qu’il n’a pas accordé d’autorisation pour les travaux d’exploration qui seraient à venir. « Il n’existe aucun cadre réglementaire en vertu des lois sous la responsabilité d’Environnement et Changement climatique Canada autorisant les rejets d’eaux de fracturation dans les eaux du fleuve Saint-Laurent ou dans tout autre milieu », insiste aussi le ministère.

     

     

    Blocage en vue

     

    En plus du blocage au fédéral, le gouvernement du Québec est visé par une action en justice des Innus d’Ekuanitshit. Cette nation autochtone de la Côte-Nord veut faire annuler les autorisations environnementales accordées par le ministre de l’Environnement, David Heurtel, en vue des forages. Le jugement est toujours attendu.

     

    Même s’il est difficile de voir si l’exploration pétrolière pourrait se poursuivre sur la plus grande île du Québec, le gouvernement Couillard demeure déterminé à conclure une entente avec Pétrolia et Corridor Resources, pour mettre un terme au contrat signé par le gouvernement péquiste en 2014. Pétrolia réclamerait 200 millions de dollars en guise de compensation, a déjà révélé Le Devoir.

     

    En plus de cette négociation, Québec cherche aussi à s’entendre pour mettre fin aux permis d’exploration détenus sur Anticosti par Junex et Transamerican Energy. Selon ce que précise le cabinet du ministre des Finances, Carlos Leitão, le gouvernement souhaite que toutes les ententes de compensation soient conclues d’ici l’été.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.