Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Peut-on mesurer l’impact du climat sur la météo?

    Des gens se promènent sous la pluie à Times Square le 5 mai 2017 alors que des avertissements d'inondations sont en vigueur pour la région de New York.
    Photo: Kena Betancur Agence France-Presse Des gens se promènent sous la pluie à Times Square le 5 mai 2017 alors que des avertissements d'inondations sont en vigueur pour la région de New York.

    Le réchauffement climatique a-t-il à présent fait sentir son empreinte aux quatre coins du monde ? Il semblerait que oui, selon une analyse inédite d’un groupe de l’Université Stanford, aux États-Unis.

     

    À travers des records de chaleur, des sécheresses extrêmes ou des inondations catastrophiques, il n’y a pratiquement pas une région de la planète qui n’a pas eu à subir un événement météorologique extrême. « Le monde n’en est pas tout à fait au point où chaque record de chaleur a une empreinte humaine, mais nous nous en rapprochons », résume pour l’Associated Press l’auteur principal, le climatologue Noah Diffenbaugh. Son équipe estime à 57 % la proportion de records annuels de faibles précipitations qui peuvent être attribués en partie aux changements climatiques et à 41 % la proportion des records de pluie pendant cinq jours. Leur analyse et les critères qu’ils ont employés pour attribuer en tout ou en partie un événement météo au climat sont parus fin avril dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.