Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La Caisse de dépôt augmente à un milliard son investissement dans la pétrolière TransCanada

    Le gestionnaire de régimes de retraite de millions de Québécois a accru sa participation dans d’autres entreprises actives dans l’industrie des pipelines au Canada.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le gestionnaire de régimes de retraite de millions de Québécois a accru sa participation dans d’autres entreprises actives dans l’industrie des pipelines au Canada.

    La Caisse de dépôt et placement du Québec a augmenté l’an dernier sa participation dans TransCanada de plus de 400 millions de dollars. Le plus gros investisseur institutionnel de la province, qui gère plusieurs régimes de retraite, a aussi accru son implication dans d’autres entreprises importantes du secteur des sables bitumineux, a constaté Le Devoir.

     

    Selon ce qu’on peut lire dans le rapport annuel 2016 de la Caisse, la valeur des investissements dans TransCanada s’élevait à plus de 1,02 milliard de dollars au 31 décembre de l’an dernier. De ce montant, 915 millions étaient sous forme d’actions de la pétrolière de Calgary.

     

    En comparant les données du plus récent rapport avec celles de 2015, on constate aussi que la valeur des investissements de la Caisse dans TransCanada a bondi de 408,5 millions de dollars d’une année à l’autre, soit une augmentation de 67 %.

     

    Le gestionnaire de régimes de retraite de millions de Québécois a aussi accru sa participation dans d’autres entreprises actives dans l’industrie des pipelines au Canada. C’est le cas d’Enbridge. Les investissements dans la multinationale sont passés de 627,6 millions au 31 décembre 2015 à 930,6 millions à la fin de 2016. On parle donc d’une hausse de plus de 300 millions (48 %) des avoirs dans cette pétrolière.

     

    En plus d’exploiter le pipeline 9B en sol québécois, Enbridge pilote un important projet d’expansion de pipeline d’exportation approuvé par le gouvernement Trudeau en novembre dernier, la Ligne 3. Les données de la Caisse démontrent d’ailleurs qu’elle est actionnaire de deux autres entreprises dont les projets d’exportation de pétrole ou de gaz ont été approuvés au cours des derniers mois par Ottawa, soit Kinder Morgan et Petronas.

     

    L’investisseur institutionnel est également plus impliqué dans Pembina Pipeline, une entreprise qui exploite des réseaux de pipelines et de gazoducs dans l’ouest du pays. La valeur des actifs de la Caisse dans Pembina a bondi de 73 % entre 2015 et 2016, passant de 295 à 510 millions.

     

    On note aussi une légère augmentation des investissements du côté de Suncor, un joueur très important de l’exploitation des sables bitumineux. Les actifs de la Caisse dans l’entreprise atteignaient, à la fin de l’an dernier, 980 millions de dollars.

     

    Risque économique

     

    Sébastien Collard, de « Recycle ta caisse », déplore cet état de fait. « Pour parvenir à une rentabilité pour ces investissements, il faut miser sur l’échec de l’Accord de Paris sur le climat, donc je ne comprends pas l’investissement de la Caisse. »

     

    Il rappelle que le gouverneur de la Banque d’Angleterre, le Canadien Mark Carney, a déjà dit que les investissements dans les énergies fossiles constituent un pari risqué, en raison des politiques de lutte contre les changements climatiques. Selon une étude de l’organisation DivestInvest publiée à la fin de 2016, l’actif des investisseurs institutionnels et individuels qui veulent retirer leurs billes de ce secteur se situe aujourd’hui à plus de 5000 milliards de dollars américains, un record.

     

    À moyen terme, le pétrole et le gaz sont toutefois là pour de bon, souligne Maxime Chagnon, directeur principal des communications avec les médias à la Caisse. « Nous sommes en marche vers une transition énergétique vers une économie qui est sobre en carbone. Mais cette transition ne se fera pas du jour au lendemain. Nous avons donc encore des investissements dans les énergies traditionnelles, dans les entreprises qui sont les plus performantes sur le plan environnemental. »

     

    M. Chagnon précise par ailleurs que la Caisse de dépôt investit de plus en plus dans les énergies renouvelables, surtout dans le secteur de l’énergie éolienne, où elle est particulièrement active, mais aussi dans l’énergie solaire. Il cite aussi comme exemples des projets qui auront des impacts environnementaux positifs, dont le Réseau électrique métropolitain (REM).













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.