Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le gouvernement québécois investit 175 millions sur cinq ans pour décontaminer les sols

    10 avril 2017 |Vicky Fragasso-Marquis - La Presse canadienne | Actualités sur l'environnement
    Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel

    Le gouvernement québécois investira 175 millions de dollars sur cinq ans pour décontaminer les sols, un moyen pour lui de protéger l’environnement, tout en stimulant l’économie locale.

     

    Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, en a fait l’annonce dimanche matin en compagnie du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à Montréal.

     

    Dans cette enveloppe, 120 millions seront consacrés à réhabiliter les terrains contaminés appartenant à l’État. Les 55 millions restants seront réservés au programme ClimatSol-Plus, qui permettra aux municipalités et aux propriétaires privés de recevoir des subventions pour décontaminer un sol et y construire un parc, ou une entreprise, par exemple.

     

    Selon le ministre Heurtel, la valeur des terrains non utilisés au Québec représente actuellement 2 milliards de dollars.

     

    Le programme précédent qui était en place de 2007 à 2015, ClimatSol, qui comprenait un investissement de 60 millions, a permis d’aider 265 projets de décontamination — ce qui équivaut à 295 terrains de football — et a généré des investissements de 1,6 milliard.

     

    La nouvelle a été bien accueillie par les municipalités et le milieu des affaires.

     

    « Alors que plusieurs municipalités sont aux prises avec des terrains contaminés, elles auront désormais une plus grande marge de manoeuvre financière pour transformer ces terrains en opportunités de développement économique, tout en contribuant à la lutte contre les changements climatiques », a déclaré le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Bernard Sévigny, par voie de communiqué.

     

    Selon la présidente et directrice générale de la Chambre de commerce de l’est de Montréal, Christine Fréchette, ces subventions aideront à créer des emplois dans son secteur, où il y a plusieurs terrains contaminés notamment en raison de la présence historique de l’industrie lourde.

     

    « [Cette aide] va permettre à des terrains contaminés d’être intégrés à nouveau, pleinement, dans la dynamique économique. L’est de la métropole offre un immense potentiel, mais la contamination de ses sols freine son développement économique », a-t-elle déclaré en conférence de presse.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.