Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les baleiniers japonais atteignent leurs objectifs: 333 petits rorquals tués

    Le programme de mise à mort de cétacés s’inscrit dans le cadre de travaux de recherches destinés à « étudier le système écologique de l’Antarctique »

    <p>La Norvège est l'un des deux pays tuant chaque année des baleines dans l’océan Atlantique.</p>
    Photo: Associated Press

    La Norvège est l'un des deux pays tuant chaque année des baleines dans l’océan Atlantique.

    Malgré les critiques internationales et les campagnes des animalistes, le Japon a atteint ses objectifs de chasse à la baleine cette année. Les baleiniers sont rentrés au pays vendredi après avoir tué 333 petits rorquals dans les eaux de l’Antarctique.

     

    Selon ce qu’a fait valoir l’agence de pêche japonaise par voie de communiqué, ce programme de mise à mort de cétacés s’inscrit dans le cadre de travaux de recherches destinés à « étudier le système écologique de l’Antarctique ».

     

    Tokyo, qui avait également tué 333 petits rorquals — une espèce qu’on peut observer dans le Saint-Laurent — l’an dernier, prévoit de chasser près de 4000 baleines au cours de la prochaine décennie dans les eaux entourant l’Antarctique.

     

    Le Japon ne cache d’ailleurs pas sa volonté de démontrer qu’un retour de la chasse commerciale, interdite à l’échelle internationale depuis 1986, serait possible et viable pour les baleines.

     

    Les écologistes, mais aussi certains pays comme l’Australie, affirment toutefois que la chasse « scientifique » menée par Tokyo est déjà une forme de chasse commerciale. La viande des animaux est en effet vendue dans les marchés au Japon.

     

    Chasse norvégienne

     

    En 2014, la Cour internationale de justice avait d’ailleurs jugé que les campagnes japonaises en Antarctique n’avaient pas de retombées scientifiques probantes. Malgré ce jugement, Tokyo a choisi de reprendre ses expéditions annuelles dès 2015.

     

    Si le Japon est le seul pays à évoquer la recherche pour justifier la chasse, deux pays tuent chaque année des baleines dans l’océan Atlantique en rejetant carrément le moratoire international : l’Islande et la Norvège.

     

    Ainsi, la Norvège a harponné l’an passé près de 600 petits rorquals, essentiellement des femelles en gestation. Et selon ce qu’a annoncé récemment Oslo, le quota a été revu à la hausse cette année, puisque le pays prévoit de chasser 1000 baleines.

     

    Selon les écologistes, une partie de la viande de ces animaux est utilisée pour produire de la nourriture pour des animaux d’élevage de l’industrie de la fourrure.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.