Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    États-Unis

    Un climato-négationniste chargé de protéger l’environnement

    L’ancien ministre de la Justice de l’Oklahoma Scott Pruitt a entretenu des liens très étroits avec l’industrie pétrolière au fil des ans.
    Photo: Aaron P. Bernstein Archives Getty Images North America/AFP L’ancien ministre de la Justice de l’Oklahoma Scott Pruitt a entretenu des liens très étroits avec l’industrie pétrolière au fil des ans.

    Le Sénat américain, contrôlé par les républicains, a confirmé vendredi la nomination du climato-négationniste Scott Pruitt à la tête de l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Une décision qui soulève de vives inquiétudes, notamment en raison des liens étroits qu’il a entretenus avec l’industrie des énergies fossiles.

     

    « Il est exceptionnellement qualifié », a fait valoir le leader républicain au Sénat, Mitch McConnell, tout en soulignant que M. Pruitt connaît les « conséquences » des politiques de l’EPA et qu’il saura établir un « équilibre » au sein de l’agence.

     

    L’ancien ministre de la Justice de l’Oklahoma est surtout connu comme un homme qui a entretenu des liens très étroits avec l’industrie des énergies fossiles tout au long de sa carrière. Il a d’ailleurs pris sa défense à de nombreuses reprises, notamment pour militer contre la réglementation environnementale.

     

    Anti-réglementation

     

    Scott Pruitt a ainsi mené des batailles judiciaires contre les mesures imposées par l’EPA pour réduire les émissions de mercure des centrales au charbon. Il a aussi plaidé contre la limitation des émissions d’ozone, mais aussi contre la réglementation mise en place pour réduire les émissions de méthane de l’industrie pétrolière et gazière. Ces deux dernières mesures ont été élaborées précisément pour lutter contre les changements climatiques.

     

    La direction qu’imposera M. Pruitt à l’EPA devrait s’inscrire dans la lignée des promesses de Donald Trump, qui l’a désigné pour ce poste. En campagne électorale, M. Trump a promis de réduire substantiellement les lois et la réglementation environnementale, notamment les mesures de lutte contre les changements climatiques.

     

    Scott Pruitt a aussi promis de donner davantage de pouvoirs aux États quant à la gestion de l’exploitation des ressources, notamment le pétrole et le gaz naturel.

     

    Craintes

     

    Si elle a été saluée par les milieux conservateurs et plusieurs joueurs importants du secteur de l’énergie, la nomination de Scott Pruitt n’en suscite pas moins la controverse. En fait, elle inquiète non seulement des élus démocrates, mais aussi de nombreux scientifiques et anciens employés de l’EPA.

     

    Dans une lettre publiée cette semaine, près de 800 anciens membres de l’agence se sont opposés à la nomination de M. Pruitt, un homme qui, selon eux, « représente une menace imminente à notre santé et à notre environnement ».

     

    Qui plus est, l’arrivée du républicain à la tête de l’EPA survient au moment où une juge vient de lui ordonner de remettre des centaines de courriels échangés avec des membres de l’industrie des énergies fossiles.

     

    Cette demande concernant les courriels est survenue jeudi en fin de journée, alors qu’un juge de l’Oklahoma a exigé que M. Pruitt remette une copie de près de 3000 messages échangés avec des représentants de l’industrie pétrolière et gazière, mais aussi du secteur du charbon.

     

    Selon ses détracteurs, ces courriels démontreraient que le nouveau dirigeant de l’Agence de protection de l’environnement risque de favoriser les intérêts de cette industrie, pour laquelle il milite depuis plusieurs années.

     

    Déjà, en 2011, le New York Times avait démontré que le bureau de M. Pruitt avait copié et signé une lettre dénonçant les réglementations environnementales qui avaient été dictées par la pétrolière Devon Energy.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.