Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Trois organismes environnementaux appuient le controversé projet de REM

    Le projet de la Caisse de dépôt et placement du Québec
    Photo: CDPQ Infra Le projet de la Caisse de dépôt et placement du Québec

    Trois organismes environnementaux donnent leur appui au projet de Réseau électrique métropolitain (REM), qui a essuyé de nombreuses critiques ces dernières semaines relativement à son impact réel sur l’environnement et sa rentabilité financière.

     

    Par voie de communiqué, Équiterre, la Fondation David Suzuki et l’organisme Vivre en ville font valoir que le REM est « un excellent projet », soulignant que sa haute fréquence et sa grande amplitude horaire sont « des éléments essentiels du caractère structurant du transport collectif ».

     

    Le 20 janvier, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a remis un rapport peu reluisant sur le projet de la Caisse de dépôt et placement du Québec et a refusé de donner son feu vert au projet.

     

    Puis, dimanche dernier, une coalition de groupes environnementaux et d’experts en transport en commun a demandé qu’une commission parlementaire se penche sur le projet, mentionnant que le train électrique est « une technologie très polluante et extrêmement coûteuse ».

    Le REM, l’«alternative attendue»

     

    Le directeur principal d’Équiterre, Steven Guilbeault, offre une lecture tout autre du projet. Il estime que le REM va contribuer à diminuer les émissions de GES et non à les augmenter.

     

    Le directeur général pour le Québec et l’Atlantique à la Fondation David Suzuki, Karel Mayrand, souligne qu’avec ses 24 stations réparties sur les rives sud et nord de Montréal et dans l’ouest de l’île de Montréal, le REM est « l’alternative attendue pour favoriser un développement urbain axé sur les transports collectifs ».

     
    Trois conditions 
     

    Les trois organismes assortissent toutefois leur appui de trois conditions pour améliorer l’acceptabilité du projet.

     

    Ils demandent au gouvernement du Québec et à la Caisse de dépôt et placement du Québec de donner un signal clair, partout au Québec, en faveur du développement du transport collectif, d’adopter des mesures de mitigation pour contrer l’étalement urbain et de clarifier le cadre financier du projet.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.